Fermer
#Société

Vidéo. Mauritanie: la voie du «Non» de Me Bettah muselée

Mise à jour le 05/08/2017 à 13h14 Publié le 04/08/2017 à 18h27 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Mauritanie : Au référendum constitutionnel contesté du samedi 5 août courant, la Convergence démocratique nationale (CDN) a appelé les Mauritanien à voter massivement «Non». Le parti de Me Bettah a été muselé par les autorités qui ne voulaient pas de voies discordantes lors de cette campagne. Explications.

C’est demain samedi 5 août que les Mauritaniens sont appelés à donner leurs avis sur les réformes constitutionnelles.

L’issue du scrutin ne fait pas l’ombre de doute. Si du côté de la mouvance présidentielle, tous les partis ont été appelés à la rescousse et les moyens de l’Etat ont été mis à contribution avec l’obligation faite à tous les fonctionnaire de battre campagne pour la victoire du «Oui», au niveau de l’opposition, seul Me Bettah a opté pour une participation au scrutin en appelant à voter «Non».


LIRE AUSSI : Mauritanie: un 5 août entre référendum et journée ville morte


En dépit de cela, la Convergence démocratique nationale (CDN) a été empêchée de battre campagne dans les régions et n’a eu droit qu’à 1 mn de TV et 1mn30 seconde à la radio par jour. Du coup, le « Non » est resté inaudible malgré l’opposition franche d’une grande partie des Mauritaniens aux changements proposés, notamment celui du drapeau national.

A noter que 1,4 million de Mauritaniens sont appelés à voter «Oui» ou «Non» aux réformes proposés : dissolution du Sénat, changement du drapeau national et de l’hymne, création de Conseils régionaux, etc.
L’opposition radicale mauritanienne a appelé au boycott de cette consultation.
Le 04/08/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya