Fermer

Mauritanie: le Secrétaire Général de la CGTM interdit de se rendre en Tunisie

Mise à jour le 10/11/2018 à 08h44 Publié le 10/11/2018 à 08h39 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
CGTM mauritanie
© Copyright : DR

#Mauritanie : En partance pour Tunis mercredi, en vue de prendre part à un forum du Bureau International du Travail (BIT), Abdallahi ould Mohamed, dit Nahah, Secrétaire Général de la CGTM, a été interdit de voyager.


En partance pour Tunis mercredi, en vue de prendre part à une rencontre du Bureau International du Travail (BIT) qui débutait ce jeudi, le Secrétaire Général de la Centrale Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM-une des plus importantes  du pays), Abdallahi ould Mohamed dit Nahah, a été interdit de sortie du territoire national par la police des frontières. Le Forum de la capitale tunisienne est axé sur «la gouvernance de la migration».

Interrogé sur les raisons de cette mesure, le syndicaliste répond n’avoir aucune explication, tout en la qualifiant "de grave et attentatoire à la liberté de mouvement, garantie par la constitution, les lois de la République et les nombreuses conventions internationales ratifiées par  le gouvernement mauritanien".


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: le syndicat des journalistes déplore des atteintes à la liberté de la presse

Poursuivant ses explications, le SG de la CGTM ajoute "avoir été  refoulé de l’aéroport mercredi". Interrogé  sur un éventuellement lien entre cette mesure et l’affaire du banquier Mohamed ould Bouamatou, dans l’instruction  de laquelle il avait été placé sous contrôle judiciaire, Nahah  précise «cette assignation à résidence est terminée depuis le 31 août dernier. La justice m’a notifié la décision et la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN)   m’a remis mon passeport, avec lequel j’ai déjà voyagé 2 fois depuis cette date. C’est pour toutes ces raisons  que  je ne comprends pas les agissements de la police de l’aéroport».

12 sénateurs, dont un écroué à titre préventif,  deux (2)  syndicalistes et des journalistes,  placés sous contrôle pour les besoins de la même enquête, ont également récupéré leurs passeports.

Le 10/11/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi