Fermer

Mauritanie. Apostasie: le blogueur Mohamed M’Khairtir enfin libéré

Mise à jour le 30/07/2019 à 15h24 Publié le 30/07/2019 à 13h56 Par Karim Zeidane

#Société
MKhaitir

#Mauritanie : Reporters sans frontières (RSF) vient d’annoncer la libration du blogueur mauritanien, Mohamed Cheikh ould Mohamed Mkhaitir. Initialement condamné à mort pour apostasie, le blogueur a passé cinq ans et demi en prison.

Selon Reporters sans frontières (RSF), le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh ould Mohamed Mkhaitir a été remis en liberté à l’aube ce lundi 29 juillet.

Selon RSF, le blogueur a tenu à remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour sa libération depuis plus de 5 ans et demi.

Pour rappel, Ould MKhaitir a été arrêté en janvier 2014 à la suite de la publication d’un article sur Facebook dans lequel il dénonçait l’instrumentalisation de la religion pour justifier des pratiques discriminatoires sur la communauté des forgerons en Mauritanie.

A la suite de cet article, il a été condamné à mort pour apostasie en décembre 2014. Une condamnation qui a été commué à 2 ans de prison par la Cour d’appel de Nouadhibou en 2017.


LIRE AUSSI: Mauritanie. Apostasie: quand Ould Abdel Aziz refile une patate chaude nommée MKheitir aux religieux


Toutefois, malgré le fait que le blogueur ait purgé sa peine, il est resté maintenu en prison à cause de l’influence des islamistes radicaux qui demandaient son exécution. Du coup, il était maintenu en prison pour des «raisons de sécurité».

Finalement à quelques jours de son départ de la présidence, le président Mohamed ould Abdel Aziz a trouvé la parade en invitant les Imams et Oulémas du pays à se pencher sur un repentir du blogueur contre sa libération. Mkhaitir s’est repenti sur son compte Facebook et à la télévision.


LIRE AUSSI: Peine de mort pour «apostasie» confirmée pour le blogueur mauritanien


Le blogueur a bénéficié d’un large élan de solidarité à l’international avec la mobilisation de plusieurs ONG.

L’affaire MKhaitir a fait perdre à la Mauritanie plusieurs places dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF. Le pays a ainsi perdu 46 places depuis 2016.
Le 30/07/2019 Par Karim Zeidane