Fermer

Mauritanie: sommet de la FIFA à Nouakchott

Mise à jour le 17/02/2018 à 16h41 Publié le 17/02/2018 à 16h36 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Sports
Infantino

Infantino en Afrique du Sud pour discuter de l'élargissement du Mondial à 48 équipes en 2026.

© Copyright : DR

#Mauritanie : La FIFA tient un sommet à Nouakchott dimanche, en application du nouveau concept relatif à la rotation de ses réunions pour donner un contenu au principe de l'universalisme de la gestion et de la pratique du sport roi. Au programme, un menu copieux portant sur plusieurs sujets.

La Mauritanie accueille un sommet de la Fédération internationale de football association (FIFA), le dimanche 18 février. Nouakchott bénéficie ainsi d’une des initiatives clés «introduites par la réforme de la FIFA» sur la base d’un concept nouveau, une approche suivant laquelle «les sommets exécutifs du football ont pour objectif d’offrir une plate-forme d’échanges et encourager une plus grande participation des 211 confédérations membres de la FIFA aux décisions stratégiques de l’organisation», explique un document de l’instance du football mondial.

Nouakchott est ainsi la troisième ville africaine à abriter un sommet de la FIFA, après Johannesburg (Afrique du Sud) et Addis-Abeba (Ethiopie), depuis le lancement par l’instance faîtière mondiale, du nouveau concept des sommets tournants organisés à travers toutes les villes du monde.


LIRE AUSSI: Football: Dakar va abriter un bureau régional de la FIFA


Le président de la FIFA, Gianni Infantino, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, la Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, les présidents et secrétaires généraux de 20 fédérations représentants plusieurs confédérations, vont prendre part aux assises de Nouakchott.

Au menu des travaux de nombreux sujets, notamment «le Programme forward de la FIFA, l’avenir des compétions de jeunes, l’amélioration du système des transferts et du calendrier des rencontres internationales».
  

Le 17/02/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi