Fermer

Russie 2018. L'arbitre Lamptey radié, le recours du Faso tombe à l'eau

Publié le 19/01/2018 à 14h50 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Sports
lAMPTEY

#Sénégal : Le Tribunal arbitral du sport a confirmé la radiation à vie du referee ghanéen, Joseph Lamptey. Du coup, le recours du Burkina Faso contre la qualification du Sénégal pour la Coupe du monde 2018, mathématiquement sans objet depuis novembre, est juridiquement anéanti.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé la radiation à vie de l’arbitre ghanéen Joseph Lamptey, selon une annonce faite lundi par le site de la Fédération internationale de Football Association (FIFA). Cet homme avait officié lors de la rencontre Afrique du Sud/Sénégal du 16 novembre 2016, comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Il avait sifflé un penalty fortement controversé au profit des «Bafana-Bafana».

L'arbitre ghanéen est reconnu coupable d’avoir volontairement pris de mauvaises décisions dans l’objectif «de permettre qu’un certain nombre de buts soient marqués afin que des parieurs puissent toucher leurs gains». D’où «un lien évident entre ces décisions volontairement erronées et les flux de paris habituellement enregistrés». En conséquence, «il est reconnu coupable d’influence illicite sur le résultat du match». 
   
Au-delà du verdict, le tribunal met en exergue l’engagement de la FIFA à veiller «sur l’intégrité» du football. Après cet ultime épisode, l’interrogation qui brûle les lèvres concerne le sort du recours de la Fédération de football de la République du Faso contre la qualification des lions du Sénégal. Cette requête tombe à l’eau pour deux raisons.

Elle était devenue mathématiquement sans objet depuis la fin des éliminatoires en novembre 2017, car avec un total de 14 points+7 pour le Sénégal et un capital de 9 points+4 pour le Burkina Faso, soit un matelas confortable de 5 points d'avance, les Lions n’ont pas eu besoin des 3 points récupérés à l’occasion du match rejoué le 10 novembre 2017, et sanctionné par une victoire 2-0, pour valider leur ticket.

Du reste, même si le tribunal leur donne raison en appel, les Etalons burkinabè ne peuvent se qualifier dans cette poule face au Sénégal. Car même si le combat s’était résumé à une confrontation directe Sénégal/Burkina Faso (0-0 à Dakar et 2-2 à Ouagadougou), c’est encore la bande à Aliou Cissé qui passait au bénéfice des 2 buts marqués à l’extérieur. Mais voilà qu’aujourd’hui, sa demande est à nouveau juridiquement anéantie par la confirmation des turpitudes du referee ghanéen «qui encore une fois, n’a pas commis d’erreur d’arbitrage sur le terrain, mais a volontairement manipulé le résultat d’une rencontre», selon le TAS.

Il reste à espérer que Paulo Duarté, l'entraîneur du Burkina Faso, aura la bonne idée et la sportivité de féliciter et de souhaiter bonne chance au Sénégal, au lieu de chercher à se servir de la FIFA comme bouc-émissaire.
 
     
Le 19/01/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya