Fermer

Sahel: début de l’exercice militaire «Flintlock 2018» au Niger

Mise à jour le 09/04/2018 à 14h52 Publié le 09/04/2018 à 14h49 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Flintlock 2018
© Copyright : DR

#Sénégal : Les manœuvres militaires «Flintlock 2018» organisées chaque année, depuis 2005, par le commandement militaire américain dans les pays du Sahel, débutent ce lundi 9 avril au Niger et dans d’autres pays de la région. C'est le département d’Etat américain qui a annoncé le début de ces manœuvres.

Les armées d’une vingtaine de pays africains et occidentaux prendront part à cet exercice en fournissant un total de 1900 militaires. Les pays africains participant à l’édition «Flintlock 2018» sont surtout ceux du  G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). Mais ces opérations vont aussi impliquer d’autres armées au-delà des Etats présentés par la France comme «la ligne de front» de son combat antiterroriste. Il s’agit notamment du Cameroun, du Nigeria et du Sénégal.

Par ailleurs, les forces de 12 pays occidentaux vont collaborer à «Flintlock2018», le plus important exercice organisé par le commandement militaire américain en Afrique, et exécuté par des forces chargées des opérations spéciales de lutte contre le terrorisme.


LIRE AUSSI: 1700 militaires de 30 Pays pour l’opération «Flintlock 2016»


L’organisation des manœuvres de l’armée américaine en 2018 intervient dans un contexte géopolitique et sécuritaire marqué par un forcing de la France pour rendre opérationnelle la brigade antiterroriste du G5 Sahel.

Cité par Radio France International (RFI), lundi matin, le commandant des opérations spéciales américaines en Afrique, le général Marcus Hicks, garde une certaine distance par rapport à la nouvelle initiative «le G5 Sahel a récemment lancé ses premières opérations. Du point de vue de l’armée américaine, nous auront des occasions de collaborer avec chaque pays membre en lui apportant formation et assistance. Nous restons flexibles et réactifs pendant que le G5 Sahel poursuivra ses opération».


LIRE AUSSI: Mali: les soldats canadiens débarquent dans le bourbier sahélien


Dans le cadre de l’opération de mobilisation des fonds en faveur de la brigade antiterroriste régionale, le gouvernement américain s’est engagé pour une enveloppe de 60 millions de dollars. Une contribution  dont le mode de versement se fera dans un cadre bilatéral et non suivant le format multilatéral du G5.

Le gouvernement  américain apporte son  soutien à plusieurs pays contributeurs de la force de maintien de paix de l’Organisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), mais reste encore prudent vis-à-vis de la brigade du G5.
Le 09/04/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi