Fermer

Le célèbre festival de Jazz de Saint-Louis annulé pour raisons de sécurité

Publié le 04/05/2016 à 19h45 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Culture
jazz

#Sénégal : Prévu du 11 au 16 mai, le célèbre Festival de international de Jazz de Saint-Louis n’aura probablement pas lieu cette année. Pour cause, un arrêté du préfet du département de Saint-Louis a interdit la manifestation, faute de garanties sécuritaires.

Evènement majeur de l’agenda culturel sénégalais, le célèbre festival international de Jazz de Saint-Louis n’aura probablement pas lieu cette année. En effet, les nuages s’accumulent sur l’organisation de cet événement phare pour les amateurs de jazz du monde entier.

Après les difficultés financières de l’association Saint-Louis Jazz, organisatrice de l’événement, c’est un arrêté du préfet du département de Saint-Louis qui vient doucher l’enthousiasme des mélomanes. Dans cet arrêté daté du 2 mai, portant interdiction du festival, Mariama Traoré, le préfet de Saint-Louis, met en avant le risque sécuritaire, pointant le «refus» des organisateurs de s’engager dans l’effort de sécurité de la manifestation.

Cette frilosité des autorités sénégalaises en matière de sécurité peut s’expliquer par les récentes alertes de menaces terroristes. En début d’année, Saint-Louis avait été justement bouclée suite à la supposée présence dans la ville du terroriste mauritanien Saleck Ould Cheikh en cavale. Ce dernier avait été finalement arrêté en Guinée.

Mais selon le président de l’association Saint-Louis Jazz, Me Ibrahima Diop, «il n’y a jamais eu de refus de la part de l’association comme indiqué dans l’arrêté préfectoral».

La non-organisation de cet événement culturel, vieux de 24 ans, pourrait porter un coup dur au tourisme local et à la pérennisation du festival.

Toutefois, Me Diop ne désespère pas de voir l’administration revenir à de meilleurs sentiments. «Toutes les portes ne sont pas encore fermées. Un arrêté a été pris, on peut le faire reporter», se met-il à espérer.

Le 04/05/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo