Fermer

Le Sénégal est sur la voie du règlement «définitif» de la question énergétique

Publié le 14/06/2016 à 13h31 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Economie
centrale électrique
© Copyright : DR

#Sénégal : D’une capacité de 53 MW, pour un coût de plus de 100 millions de dollars, la centrale électrique de Cap des Biches a été inaugurée ce lundi par le président Macky Sall. Pour ce dernier, une étape décisive a été franchie vers le règlement définitif de la question de l’énergie.

Le président sénégalais a inauguré, hier, la centrale électrique de Cap des Biches à Rufisque (région de Dakar) après quinze mois de travaux. Cette infrastructure, qui va fonctionner au fuel lourd et au gaz naturel, a une capacité de 53 MW qui seront reversés dans le réseau de la Senelec.

Elle a été réalisée avec l’appui de Contour Global, société américaine leader dans le domaine de l’énergie, en partenariat avec le Programme fédéral américain de promotion des investissements privés à l’étranger (OPIC), la Société financière internationale (IFC/Banque mondiale) et des partenaires sénégalais, qui ont investi plus de 100 millions de dollars (environ 58 milliards de FCFA) dans le projet.

Une phase d’extension est prévue, d’ici septembre, pour augmenter la capacité de 30 MW supplémentaires. Ce qui donnera à la centrale une puissance de plus de 80 MW.

Ce qui fait dire à Macky Sall que le Sénégal s’engage dans de «nouveaux paradigmes» en matière d’énergie. Il a ainsi annoncé, dans le cadre de l’initiative Scaling Solar de la SFI, le lancement prochain d’un appel d’offres pour la construction de centrales solaires d’une capacité de 150 à 200 MW. L’objectif, conformément au programme de mix énergétique, est de parvenir à 20% d’énergies renouvelables d’ici 2017.

«Nous avons une puissance additionnelle de 123 MW déjà installée et actuellement en service, en plus des 250 MW disponibles. S’y ajoutent 65 MW en combustible lourd (sans compter les 30 MW qui proviendront de l’extension de la centrale du Cap des Biches), ainsi que 35 MW de la centrale de Tobène Power (récemment inaugurée) et une nouvelle capacité de 70 MW du solaire qui proviendront des centrales de Sinthiou, Bokhol et Malicounda», liste le président Sall.
Pour lui, avec toutes ces initiatives, le Sénégal se dirige vers un règlement «définitif» de la question énergétique.

Concernant l’électrification rurale, Macky Sall a annoncé qu’un programme d’urgence de 110 milliards de FCFA est en cours de réalisation dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) par l’Agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER) pour l’électrification de 400 villages d’ici 2017.

Toutes ces initiatives visant à renforcer la production, à travers le mix énergétique, devraient conduire à une baisse imminente du prix de l’électricité, a fait savoir le chef de l’Etat sénégalais. «L’étude lancée (pour la révision de la grille tarifaire de la Senelec) devrait permettre au ministre de l’Energie d’examiner la possibilité de baisse des tarifs dans certains secteurs d’activité pour le développement des entreprises, mais aussi et surtout pour le mieux-être des populations», a-t-il expliqué.

Le 14/06/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

à lire aussi