Fermer

Sénégal: Kosmos dément les réserves de gaz annoncées

Mise à jour le 14/10/2016 à 11h37 Publié le 14/10/2016 à 10h47 Par Mar Bassine

#Economie
Cosmos
© Copyright : DR

#Sénégal : Alors que l'on parlait hier de réserves exceptionnelles qui placerait le Sénégal à la 7e place mondiale, Kosmos, qui détient 60% des blocs gaziers, dément formellement les chiffres. Quelqu'un a gonflé les chiffres afin d'attirer les géants mondiaux à investir dans l'exploitation. Mais qui?


Kiosque Le360 Afrique. Jeu de dupes ou poker menteur.  Qu’est-ce qui a motivé la source de RFI pour dire que les réserves de gaz sénégalais étaient les 7es les plus importantes dans le monde ? Hier, toute la presse panafricaine a repris l’information qu’a diffusée la radio française. "Des acteurs de la filière gaz indiquaient ces derniers jours à RFI, sous couvert d'anonymat, que des réserves de 200 TCF de gaz, plus de 5 600 milliards de mètres cubes, auraient été découvertes au large des côtes sénégalaises et ajoutaient que cette quantité placerait le pays au 7e rang mondial au niveau des réserves prouvées", rappelle la radio française qui ajoute que ces "ces informations sont évoquées dans les réseaux économiques et politiques sénégalais".


Tentative de manipulation


Et la radio qui a publié le démenti ce matin du vendredi 14 octobre se demande s’il s’agit d’une "tentative pour faire monter les enchères alors que les discussions sont en cours avec les multinationales du gaz qui vont gérer l'exploitation ou d’une erreur grossière dans les analyses des données". La question mérité d'être posée, puisque les protagonistes du gaz crient partout qu'ils ont besoin de 10 milliards de dollars afin de concrétiser l'exploitation des blocs. C'est donc important pour eux de présenter leurs trouvailles sous son plus beau jour. Toujours est-il qu’un démenti formel est venu de Kosmos qui détient justement 60% des deux blocs Saint-Louis profond et Kayar profond au large de la Grande Côte qui va de Dakar à la frontière mauritanienne.


25e place mondiale


En réalité, les réserves prouvées ne dépassent pas les 25 TCF, soit le huitième du volume annoncé dans la déclaration des sources de RFI. Avec 800 milliards de mètres cubes de gaz prouvés, on s’éloigne fortement de la 7e place en termes de réserves pour placer le Sénégal autour de la 25e place voire au-delà.

Bien sûr, aujourd’hui tous ceux qui avaient repris l’information se posent la question de savoir qui est l’auteur d’une telle manipulation. Si un journaliste ne révèle jamais ses sources, les regards se tournent vers Aliou Sall, le frère du président Macky Sall et Franck Timis qui dit l’employer dans sa société PetroTim ltd. Ce dernier est en effet l’autre acteur qui aurait intérêt à ce que les réserves de gaz soient gonflées puisqu’il détient quelque 30% des blocs en question. Les 10% restants revenant à la Petrosen qui reste un actionnaire dormant. Evidemment, le gouvernement du Sénégal n'aurait non plus rien à perdre à ce que l'exploitatio démarre le plus rapidement possible. 


Le 14/10/2016 Par Mar Bassine