Fermer

Sénégal-énergies renouvelables: la création d’un fonds spécial recommandé

Publié le 28/10/2016 à 19h01 Par Kofi Gabriel

#Economie
énergie renouvelable
© Copyright : DR

#Sénégal : Le financement constitue l’un des obstacles au développement des énergies renouvelables en Afrique. Face à cette situation, la création d’un fonds spécial dédié au financement de ces énergies a été la principale recommandation de la 2e Conférence africaine sur les énergies renouvelables (Cafer).

Kiosque le360 Afrique. Tous les pays africains accordent actuellement une attention particulière aux énergies renouvelable dans le cadre de leur mix énergétique. C’est le cas notamment du Sénégal qui vient d’inaugurer sa première centrale solaire d’une puissance de 20 MW. Toutefois, pour de nombreux pays africains, comme c’est le cas du Sénégal, le développement des énergies renouvelables se heurte au problème épineux du financement.

Ainsi, de nombreux experts, acteurs politiques et de la société civile, réunis durant trois jours à Dakar dans le cadre de la Conférence africaine sur les énergies renouvelables (Cafer), ont émis un certain nombre de recommandations pour dépasser cette problématique du financement qui constitue un obstacle pour de nombreux pays un obstacle au développement de ces énergies.

Ainsi, pour le cas du Sénégal, les participants ont émis comme recommandations, selon le quotidien Le Soleil, «la création d’un fonds spécial des énergies nouvelles et renouvelables destinés au financement des entreprises sénégalaises, le financement de la recherche et la mise en place des incitations fiscales et douanières au sein de la CEDEAO -Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest-, la prise en compte de ces énergies dans le Tarif extérieur commun (TEC) en cours de validation en vue de baisser les tarifs, la mise en place de 1% de la rente pétrolière pour financer les énergies nouvelles et renouvelables,…». Les panelistes ont insisté sur la nécessité de simplifier l’architecture financière des fonds destinés à l’économie verte.

Outre la mise en place du fonds dédié au financement du développement des énergies renouvelables, d’autres recommandations ont été émises par les panélistes dont l'adoption de mesures incitatives d’ordre fiscal et l’organisation d’une campagne de sensibilisation envers les banques et les compagnies d’assurance pour une meilleure compréhension des enjeux des énergies renouvelables.

Toutefois, au-delà du volet de financement, les experts soulignent aussi que «la création d’une infrastructure qualitée pour augmenter la productivité et promouvoir le transfert de technologie est plus qu’urgente dans nos pays. De même que les travaux de recherche doivent bénéficier davantage de financement et d'incitations fiscales et douanières».
Le 28/10/2016 Par Kofi Gabriel