Fermer

Transferts des migrants: le Nigéria, le Sénégal et le Ghana principaux bénéficiaires

Mise à jour le 06/10/2017 à 15h58 Publié le 06/10/2017 à 15h56 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
euros
© Copyright : DR

#Sénégal : Un montant proche de 12% du PIB du Sénégal est transféré annuellement par les Sénégalais de l'extérieur vers leur pays d'origine. Mais c'est presque une goutte d'eau par rapport au Nigeria, où cela avoisine 26% du PIB. La Banque Mondiale prévoit une hausse de l’apport des expatriés subsahariens.

Le Nigéria, le Sénégal et le Ghana sont les trois premiers bénéficiaires des transferts de fonds vers l’Afrique subsaharienne. Selon la Banque mondiale, ces envois devraient augmenter durant l’année en cours, mais aussi en 2018.

La dernière édition de la note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement révèle que les transferts d’argent des migrants vers l’Afrique subsaharienne «devraient faire un bond de 10%, à 38 milliards de dollars, cette année». Cette hausse est due, selon le rapport, à la croissance économique dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), à fort revenu.


LIRE AUSSI: Afrique. Transferts des migrants africains: le top 10 de la Banque mondiale

"Les principaux pays destinataires (Nigéria, Sénégal et Ghana) devraient tous en bénéficier", souligne-t-il, notant que "la région compte aussi un certain nombre de pays où les envois de fonds représentent une part significative du Produit intérieur brut (PIB)". "C’est notamment le cas pour le Nigéria (26 % du PIB), les Comores (21 %) et la Gambie (20 %), précise la Banque mondiale. Cette amélioration de transferts de fonds devrait atteindre 3,8%, soit 39 milliards de dollars.

Pour ce qui est des envois de fonds de migrants vers les pays sous-développés ou en voie de développement, ils sont estimés à 450 milliards de dollars en 2017, soit une augmentation de 4,8 % après la baisse enregistrée durant les deux années précédentes.

«Cette reprise des envois de fonds s’explique par une croissance plus vigoureuse au sein de l’Union européenne, dans la Fédération de Russie et aux États-Unis», selon l’institution financière mondiale
«Si l’on comptabilise également les envois à destination des pays à revenu élevé, le montant total des transferts dans le monde devrait atteindre 596 milliards de dollars (+3,9 %)».

Le 06/10/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé