Fermer

Vidéo. Sénégal. l'équation formation-emploi trouve enfin une solution

Mise à jour le 30/01/2018 à 19h39 Publié le 30/01/2018 à 19h12 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé

#Economie
Vidéo. Sénégal. l'équation formation-emploi trouve enfin une solution
© Copyright : Le360: Malick Maram Ndiaye

#Sénégal : Le Projet de Formation Ecole-Entreprise (PF2E) veut instaurer une adéquation entre la formation professionnelle technique et les besoins réels du marché du travail. L’Etat du Sénégal, les chefs d’entreprise et les centrales syndicales ambitionnent d’enrôler ainsi 10.000 jeunes dans deux ans.


Le premier atelier d’information et de partage sur le Projet de Formation Ecole-Entreprise (PF2E) s’est tenu lundi 29 janvier à l’hôtel Terrou-Bi de Dakar. Cette rencontre a eu lieu en présence de Mamadou Talla, ministre de la Formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat, de Mansour Kama, président de la Confédération nationale des entreprises du Sénégal (CNES), de Cheikh Diop, secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal et de plusieurs chefs d’entreprise.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: création de deux centres universitaires d'excellence pour les étudiants du continent

Dans un partenariat, ces trois entités que sont l’Etat, les chefs d’entreprises et les syndicats ont explicité le PF2E qui ambitionne d’enrôler 10.000 jeunes dans plusieurs entreprises privées du Sénégal.


Inspiré d’un modèle de formation déjà appliqué en Allemagne et en Suisse, le PF2E milite en faveur d’une adéquation entre la formation professionnelle technique et les besoins des entreprises en ressources humaines. Cette formation est ouverte aux jeunes Sénégalais âgés de 16 ans ou plus et doit leur permettre de s’inscrire dans des cycles grâce auxquels ils passeront 80% de leur temps dans une entreprise. Les 20% du temps restant sont consacrés à leur formation dans les écoles. Et à l'issue de chaque formation, un diplôme d’Etat est délivré à chaque apprenant qui aura le choix entre continuer dans l’entreprise, postuler dans une autre, ou créer la sienne propre.
Le 30/01/2018 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé