Fermer

Sénégal. Pétrole et gaz: Frank Timis attaque l'Etat pour rupture unilatérale de contrat

Mise à jour le 28/06/2018 à 14h19 Publié le 28/06/2018 à 14h17 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
pétrole
© Copyright : DR

#Sénégal : Frank Timis, l’ex-associé d’Aliou Sall, frère du président Macky Sall, est derrière Afrique Petrolium’s, la société qui vient de déposer une plainte contre l’Etat du Sénégal pour rupture unilatérale de contrat. Le leader du PASTEF, Ousmane Sonko, s’invite au débat et apporte des éclaircissements.

Le litige à propos de l’attribution des deux blocs pétroliers sénégalais à la multinationale française Total va être tranché au niveau international. La compagnie African Petroleum’s vient de déposer une plainte auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI) à Washington, contre l’Etat du Sénégal. Cette société s’est sentie lésée par la rupture de ses contrats de partage de production, sur les blocs pétroliers Sénégal Offshore Sud Pofond (SOSP) et Rufisque Offshore Profond (ROP).


>>>LIRE AUSSI: Sénégal-pétrole: Frank Timis Vs opposition, la bataille juridique est lancée

L’exploitation de ces blocs pétroliers qui ont été à l’origine de la démission de l’ex-ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, a été retirée à African Petroleum, et est à présent, confiée au groupe français Total. Mais le député Ousmane Sonko est monté au créneau pour apporter un éclairage sur les conditions dans lesquelles ces contrats ont été signés, et sur la personne qui est derrière la compagnie African Petroleum’s, auteur de la plainte contre l’Etat du Sénégal.

Un contrat en violation du Code pétrolier 


«African Petrolieum’s est la propriété de l’aventurier affairiste, Frank Timis», affirme le leader du parti PASTEF-Les Patriotes, auteur du livre Pétrole et Gaz du Sénégal, Chronique d’une spoliation.

Faisant allusion au pouvoir de l’ex-président Abdoulaye Wade, Ousmane Sonko précise que «Frank Timis a été introduit au Sénégal par le régime libéral». Et que, par l’intermédiaire «du duo Samuel Sall ( ex-ministre de l’Energie sous Abdoulaye Wade) et de Pierre Goudiaby Atépa (architecte), Frank Timis avait obtenu la signature des Contrats de recherche et de partage de production, le 21 octobre 2010, des blocs de Sénégal Offshore Sud Profond et Rufisque Offshore Profond. Ces contrats, approuvés par décrets n° 2011-1808 et 2011-1824 du 2 novembre 2011, ont bénéficié, sous le régime de Macky Sall, d’un renouvellement de la première période de recherche, accordé par décret n°2014-1603 du 15 décembre 2014», précise le parlementaire.

Toutefois, Ousmane Sonko ne semble pas surpris par le fait que ce compagnonnage entre l’Etat du Sénégal et Frank Timis dans la gestion des blocs pétroliers sénégalais se termine dans un tribunal arbitral. «Tout cela s’est fait en parfaite violation du Code pétrolier, car TIMIS n’a jamais rempli ni les conditions techniques ni les conditions financières pour être attributaire. Mais son profil sulfureux convenait certainement pour bien profiter des flux d’argent sous table», dit-il.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal-exploitation pétrolière: Frank Timis annonce une plainte contre 21 opposants sénégalais

Selon lui, dans l’ignorance totale du fisc, ces contrats ont été signés avec «la complicité d’Aly Ngouille Ndiaye (ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique) et de Aliou Sall, frère de Macky Sall, avec la bénédiction de ce dernier.

Un retour de bâton contre Macky Sall et ses proches


Cette plainte de Frank Timis contre l’Etat du Sénégal auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs à l’investissement (CIRDI), le leader du parti PASTEF les perçoit comme «un joli retour de bâton contre ceux-là». Car, explique-t-il, «ils (Aly Ngouille Ndiaye et Aliou Sall) étaient allés chercher Frank TIMIS pour déposer une plainte imaginaire contre 11 Sénégalais, dont moi-même».

«Aujourd’hui, ce joli conglomérat se retrouve devant le centre arbitral, hors du Sénégal, pour se quereller sur les ressources du peuple sénégalais qui, dans tous les cas, est le seul perdant», conclut-il.


Le 28/06/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé