Fermer

Sénégal: le Marocain Richard Attias toujours dans les bonnes grâces du Palais présidentiel

Mise à jour le 23/10/2018 à 15h14 Publié le 23/10/2018 à 15h13 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
Richard Attia

Sénégal : l’homme d’affaire franco-Marocain, Richard Attias, toujours sous les bonnes grâces du Palais présidentiel

© Copyright : dr

#Sénégal : L’homme d’affaires franco-marocain vient de rafler le marché de communication du Train express régional (Ter) devant relier Dakar à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Au nez et à la barbe des sociétés de communication sénégalaises, qui n'avaient rien vu venir.

Pas de doute, Richard Attias est toujours aussi bien introduit au Palais de la République du Sénégal, malgré sa proximité avec la famille de l’ancien président, Abdoulaye Wade.

Dix ans après s’être adjugé la gestion de la communication du sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (Oci), à Dakar, en 2008, et 4 ans après s’être vu confier la communication du sommet de l’Organisation International de la Francophonie (OIF) en novembre 2014, cet homme d’affaire franco-marocain s'est vu attribuer celle du lancement du Train expresse régional (Ter).

Ses liens avec la famille de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, auraient pourtant pu le disqualifier pour ce marché. Mais il en fut rien.

L’actuel mari de Cécilia Albéniz, l’ex-épouse de Nicolas Sarkozy, ancien président français, est donc, malgré un changement de locataire, toujours dans les bonnes grâces du Palais de l'avenue Roume. 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: la BAD apporte 192,8 millions d'euros au Train express régional

Selon nos sources, la cérémonie de lancement du Ter devant relier Dakar à l’AIBD sur 57 kilomètres, aura lieu, sauf changement, le 19 janvier 2019.

Mais toute la question est de savoir ce qui lie ce Fassi d'origine à son ami Macky Sall... Le mystère reste entier pour les Sénégalais qui fustigent le fait que «la société Ricard Attias and Associates ait été choisie au nez et à la barbe des sociétés de communication locales».

Il serait toutefois avéré que Richard Attias s'est récemment rendu à Dakar pour régler les derniers détails concernant la communication autour du lancement de ce Ter. Quelques temps après, ce fut au tour de Dominique Ndong, Directeur général adjoint (DGA) de l’Agence pour la Promotion des Investissement et de Grands Travaux (APIX), de se rendre à Strasbourg, en France, pour récupérer les rames du TER.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: les travaux du Train express régional (TER) lancés ce mercredi

Rappelons, par ailleurs, que Richard Attias, organisateur du "Davos du désert" en Arabie Saoudite, a été en charge de la gestion de la communication du sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), à Dakar en 2008. A cette époque, c’était Karim Wade, le fils de l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, qui s’occupait de l’organisation de ce sommet. Karim Wade a été à la tête de l’Agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique (Anoci). Avec l’influence de Karim Wade, Richard Attias a ainsi pu obtenir le très juteux marché de la communication de l’OCI.

Mais voilà... L’Agence nationale en charge de l'organisation de la conférence islamique (Anoci) avait fait, par la suite, à l’arrivée de Macky Sall à la présidence de la République, l’objet d’un audit. Résultat: Karim Wade avait été arrêté dans le cadre de la traque des biens mal acquis.

Cette épisode avait temporairement donné un coup de frein aux privilèges de Richard Attias au Sénégal. D’ailleurs, invité sur le plateau de la chaîne française France 24, en mai 2013, celui-ci  avait défendu Karim Wade bec et ongles.

Richard Attias n’avait toutefois pas convaincu l’opinion sénégalaise qui soutient que sa société, Richard Attias and associates, avait déjà été épinglée par la Cour des comptes sur plusieurs dépenses douteuses endossées par le Port autonome de Dakar pour le compte de l’Anoci.

Les faits impliquaient la location du bateau «Le Musica» pour un montant de 2,3 milliards de francs Cfa, et le règlement de deux factures d’un montant global de 108 500 euros... Le président Macky Sall avait à cette époque vivement dénoncé cette affaire qui, semble-t-il, est aujourd’hui reléguée aux oubliettes.



Le 23/10/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé