Fermer

Sénégal. Affaire Sonko: le syndicat de la presse dénonce les entraves à la liberté des médias

Mise à jour le 08/03/2021 à 16h15 Publié le 08/03/2021 à 16h13 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Médias
Sénégal. Affaire Sonko: le sydicat de la presse dénonce les entraves à la liberté de presse
© Copyright : Le360 / Moustapha Cissé

#Sénégal : Dommage collatéral de l'affaire Ousmane Sonko, la presse sénégalaise a souffert, la semaine dernière, avec des journalistes qui ont reçu des grenades lacrymogènes et des médias qui ont été suspendus pour 72 heures.


Les journalistes qui voulaient assurer une bonne couverture des derniers évènements politiques ont rencontré certaines difficultés. Le 3 mars, alors que l'opposant sénégalais, Ousmane Sonko, se rendait à une convocation pour viol, l'image du préfet de Dakar demandant aux forces de l'ordre de jeter les bombes à gaz lacrymogènes sur ses partisans et sur les journalistes a fait l'objet de vives critiques.

Et tout au long de la crise qui n'a pas encore connu son dénouement final, les femmes et hommes des médias ont été bousculés, certains blessés et d'autres arrêtés.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: le juge ordonne de relâcher l'opposant Sonko, sous contrôle judiciaire

De plus deux chaînes de télévisions, Walf tv et Sen tv ont fait l'objet de la suspension de leur signal sur la télévision numérique terrestre et sur le bouquet satellitaire de Canal+Afrique. Le Conseil national de régulation de l'audiovisuel leur a reproché d'avoir versé de l'huile sur le feu, alors qu'elles se défendent d'avoir simplement montré, en temps réel, la situation sur le terrain.

En tout cas, le secrétaire général du principal syndicat de la presse, le journaliste Bamba Kassé, dénonce ces entraves à l'exercice du métier.

 

Le 08/03/2021 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé