Fermer

Sénégal: 19 femmes risquent leur vie pour demander la libération de Khalifa Sall

Publié le 16/05/2017 à 18h16 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Les "femmes" de Khalifa Sall, assises sur la route, demandent la libération du maire de Dakar

Les "femmes" de Khalifa Sall, assises sur la route, demandent la libération du maire de Dakar

© Copyright : DR/

#Sénégal : Elles étaient 19 femmes, 19 comme le nombre de communes de Dakar. Ces femmes partisanes du maire emprisonné de Dakar ont trompé ce lundi la vigilance des Renseignements généraux pour tenir un rassemblement devant le ministère de l’intérieur.

Comment ont elles fait. C’est la question qu’on se pose toujours à Dakar. Ces «amies» du maire de Dakar qui ont pourtant pris le soin de prévenir la presse de leur intention de bloquer la circulation au niveau du ministère de l’intérieur, ont réussi un grand coup de communication ce lundi 15 mai.

Si elles ont pu se rendre en ville et manifester juste devant le ministère de l’Intérieur, c’est parce qu’elles ont préféré s’y rendre en nombre réduit : 19 au total, soit une représentante par commune. Arrivées à hauteur du rond point du ministère de l’Intérieur, elles se sont assises sur la route scandant «Libérez Khalifa Sall».

Un double danger pour ces dames qui risquaient d’être écrasées à tout moment par une voiture, ou de subir la colère des forces de l’ordre installées un peu partout dans cette allée. Et c’est la deuxième situation qui s’est présentée à elles. Les partisanes de Khalifa Sall ont été arrêtées et conduites au commissariat central.


LIRE AUSSI : Vidéo. Accusé de détournement de deniers publics Khalifa Sall le maire de Dakar craque


La nouvelle qui s’est rependue comme une trainée de poudre a attiré plus de monde sur les lieux. Si les femmes étaient inoffensives et sans grande force, leur «hommes» ont donné du fil à retordre aux policiers qui ont finalement usé de gaz lacrymogène pour disperser la foule de plus en plus nombreuse.

Face à la colère grandissante des manifestants et aux échos sur l’arrestation de ces femmes, les prisonniéres ont finalement été relâchées, et ce n’est qu’à ce prix que le calme est revenu.
Le 16/05/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi