Fermer

Sénégal: les «Amazones de Khalifa Sall» prévoient de manifester nues à Dakar

Mise à jour le 16/09/2017 à 17h01 Publié le 16/09/2017 à 16h59 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Les amazones de khalifa Sall

Les amazones de khalifa Sall

© Copyright : DR/

#Sénégal : Pour tenter de faire libérer Khalifa Sall, les «Amazones» du maire de Dakar passent à la vitesse supérieure. Elles menacent de défiler nues dans les rues de la capital sénégalaise.

Voilà 6 mois que les «Amazones» de Khalifa Sall s’activent en vain, pour la libération du maire de Dakar détenu dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de la capitale du Sénégal.

Toutefois, les femmes partisanes de premier magistrat de la ville n’ont pas dit leur dernier mot. Leur dernière trouvaille est de manifester nues dans les rues de la capitale pour réclamer la libération de leur leader.

Dans l’espoir de voir le maire de Dakar enfin libre, les «Amazones» de Khalifa Sall multiplient les manifestations dans les rues de la capitale et les déclarations au niveau des médias. Mais les autorités judiciaires sénégalaises restent sourdes aux revendications de ces femmes partisanes de Khalifa Sall.

Afin de mieux se faire entendre, les «Amazones» ont décidé d’être plus incisives. Elles promettent de manifester nues dans les artères des Dakar. Elles entendent ainsi, «contraindre Macky Sall à libérer Khalifa Sall». Selon elles, «Macky Sall a trahi la confiance de Khalifa Sall qui l’avait soutenu au 2e tour des élections présidentielles de 2012».


LIRE AUSSI : Sénégal. Législatives: 1000 jeunes pour porter le combat de Khalifa Sall

Et le peuple sénégalais semble leur donner raison. Investi tête de liste de la coalition Manko Takhawu Senegaal aux élections législatives du 30 juillet 2017, Khalifa Sall a été élu député du peuple. Le maire de Dakar est donc sous couvert de l’immunité parlementaire dont bénéficient tous ses collègues parlementaires au Sénégal. A ce titre, ses avocats avaient déposé une demande de liberté provisoire, mais la justice sénégalaise l’avait rejetée.

La menace des femmes proches de Khalifa Sall intervient après la grève de la faim entamée par 15 jeunes partisans du maire de Dakar.

Selon ces derniers, «Khalifa est un détenu politique à qui on empêche injustement de jouir des ses droit les plus élémentaires depuis plus de 6 mois». Ils avaient adopté cette manière de demander la libération du maire en expliquant que «personne ne viendrait les déloger à coups de grenades lacrymogènes». Mais avec l’intervention du Khalif général des Layènes (une confrérie religieuse musulmane du Sénégal), les grévistes s’étaient résolues à suspendre leur action.

Rappelons que Khalifa Sall est détenu, depuis 6 mois, à la Maison d’arrêt et de correction de Dakar dans le cadre de l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar. Pour le moment, toutes les demandes de liberté provisoire introduites par ses avocats ont été rejetées par différentes juridictions sénégalaises.

Le 16/09/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi