Fermer

Sénégal: le capitaine radié, Mamadou Dièye, menace le régime de Macky Sall

Mise à jour le 06/06/2018 à 12h35 Publié le 06/06/2018 à 12h31 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Mamadou Diéye

Mamadou Diéye

© Copyright : dr

#Sénégal : «Si quelqu’un veut violer mes droits, il y aura des problèmes dans ce pays». Le capitaine Mamadou Dièye brise le silence après sa radiation de la grande muette et met en garde ceux qui voudraient lui porter préjudice ou le contrer dans sa démarche politique.

Récemment arrêté et radié de l’armée sénégalaise, l’ex-capitaine, Mamadou Dièye adresse un message aux hommes politiques et aux autorités militaires qui voudraient l’écraser pour l’empêcher de parler ou de défendre ses opinions politiques. Comme souhaité avant son arrestation, il se sent aujourd’hui libre de dérouler son programme.

«Je quitte le virtuel, maintenant, je suis dans le réel», a déclaré le désormais ex-capitaine de l’armée sénégalaise. Visiblement soulagé de quitter la grande muette, mais craignant aussi d’être pris à partie par des responsables soucieux de conserver leurs privilèges, il a insisté sur son statut d’ex-officier de l’armée. C’est certainement une manière pour lui, de contrer toutes velléités de lui porter atteinte. 


LIRE AUSSI: Sénégal. Armée: la lettre anonyme d’un sous-officier secoue la grande muette


«Je ne suis ni Khalifa Sall ni Karim Wade, je ne suis pas un policier, je suis un officier de l’armée. J’ai commandé des gens, j’ai formé des gens. Et ceux-là sont attachés à ma personne et ils croient en ce que je fais. Si quelqu’un, qui qu’il soit, veut violer mes droits, il y aura des problèmes dans ce pays», a averti l’ex-capitaine.

Insistant sur l’importance qu’il accorde à sa nouvelle mission, le néo-homme politique a dit avoir consenti d’énormes sacrifices -rupture avec sa famille et abandon de sa carrière d’officier de l’armée- pour en arriver là. Mais à l’en croire, le jeu en valait la chandelle.


LIRE AUSSI: Sénégal: le crash d’un hélicoptère de l’armée fait 6 morts


«Ma décision a été prise en toute responsabilité et en toute liberté. Personne ne m’a dicté quoi que ce soit, personne ne m’a conseillé sur comment procéder. Quand je me suis rendu compte que ma propre famille n’était pas prête à me suivre, j’ai coupé toute forme de communication entre elle et moi. Parce que je sais qu’elle ne fera que m’attarder dans ma mission», a-t-il également précisé, dans une vidéo postée sur le Net.
Le 06/06/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé