Fermer

Sénégal: inquiétudes de la société civile sur l’organisation des prochaines présidentielles

Mise à jour le 10/08/2018 à 11h12 Publié le 10/08/2018 à 10h43 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Le président Macky Sall

Le président Macky Sall

© Copyright : dr

#Sénégal : La Raddho et Amnesty international s’inquiètent à propos les tensions sociales qui pourraient compromettre l’organisation de la prochaine présidentielle. Ils invitent les acteurs politiques à rétablir le dialogue pour des élections apaisées en 2019.

Vingt-sept organisations de la société civile dont la Raddho et Amnesty international sont préoccupées par la rupture du dialogue politique qui pourraient empêcher la tenue d’élections normales au Sénégal. Ils viennent de le faire savoir à travers un courrier transmis à la presse, dans lequel ils appellent les acteurs à se réunir autour d’une table pour faire taire les tensions.

«Au regard des incertitudes qui pèsent sur l’organisation des élections et des tensions qui en découlent, nous risquons d’assister à un lourd contentieux préjudiciable à la tenue d’élections paisibles si cette tendance arrivait à se maintenir», lit-t-on dans le communiqué transmis à la presse, ce mercredi 8 août.


LIRE AUSSI: Sénégal: la justice a rejeté la demande de libération du maire de Dakar


Selon ces organisations de la société civile, les élections présidentielles de 2019 risquent de ne pas se passer comme celles de 2000.

«Depuis l’élection présidentielle de 2000, nous n’avons jamais assisté à des tensions et des désaccords aussi profonds sur le processus électoral», disent-t-elle.

Il faut reconnaitre que «la rupture du dialogue politique» est source d’inquiétude chez les citoyens sénégalais. En effet, le parti au pouvoir est décidé à faire organiser les élections présidentielles de 2019 par le ministère de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, ce que récusent les leaders de l’opposition. Ces derniers doutent des capacités du ministre d’organiser des élections démocratiques, libres et transparentes. A cela, s’ajoute l’arrestation des certains opposants politiques qui envisageaient de présenter leur candidature aux prochaines présidentielles.


LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal. Procès de Khalifa Sall: le refus de mise en liberté fait rager ses avocats


Comme solution, la société civile préconise une synergie des actions autour des principes et valeurs qui ont toujours faits la réputation du Sénégal, à savoir: «la consolidation du cadre démocratique et consensuel et la transparence du processus électoral».

Plus que jamais, les organisations des sociétés civiles réaffirment «leur équidistance vis-à-vis de toutes les formations et coalitions politiques». Elles disent également, vouloir travailler avec «les pouvoirs politiques, les organes de gestion des élections et toutes les parties prenantes à la compétition politique afin de trouver ensemble, les consensus nécessaires à l’organisation d’un scrutin apaisé et crédible». 
Le 10/08/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé