Fermer

Sénégal: contre-congrès et boycott au congrès de l'Internationale libérale à Dakar

Mise à jour le 14/11/2018 à 13h09 Publié le 14/11/2018 à 12h41 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Macky Sall et Abdoulaye Wade

Macky Sall et Abdoulaye Wade

© Copyright : dr

#Sénégal : Le PDS de l’ancien président Abdoulaye Wade organise un contre-congrès au même temps que le 62e Congrès de l’Internationale libérale, prévu à Dakar du 28 au 3 novembre prochain. L’APR de Macky Sall profère des menaces contre toute tentative de sabotage. D'autres libéraux boycottent... Ambiance.


Novembre promet d'être chaud pour la large, mais si hétéroclite, famille des libéraux sénégalais. Alors que l'Alliance des forces du progrès de Macky Sall veut rassembler les libéraux du monde entier à Dakar, le président du Sénégal peine à faire l'unanimité au sein de ses camarades sénégalais avec lesquels il partage la même idéologie politique.

En effet, le Parti démocratique sénégalais (PDS), dans lequel il a milité jusqu'à occuper les fonctions Premier ministre et de président de l'assemblée nationale, ne veut pas entendre parler de ce congrès. De même, le parti Rewmi (Le Pays) d'Idrissa Seck, également un ex du PDS, a purement et simplement appelé au boycott. 



>>>LIRE AUSSI: Sénégal: retrouvailles libérales, fissure du bloc présidentiel

Ainsi, Abdoulaye Wade, président du PDS, compte organiser une rencontre sous le thème : «l’état des droits humains au Sénégal sous Macky Sall», à la même date que celle prévue pour la tenue à Dakar du 62e Congrès de l’Internationale libérale, du 28 au 30 novembre 2018.

Abdoulaye Wade, pape du «Sopi» (le changement, en Wolof), «pourrait même prendre part à ce contre-congrès si son calendrier ne change pas», précise Aldiouma Diallo, membre du PDS, basé en Suisse. 

Les partisans d’Abdoulaye Wade veulent, en effet, dénoncer, disent-ils, «le recul démocratique du Sénégal depuis 2012 », date de l’accession de Macky Sall à la magistrature suprême.

L’APR de Macky Sall menace


Pour leur part, les cadres de l’Alliance pour la république (APR), le parti de Macky Sall, ne veulent pas courir de risque et mettent en garde contre toute tentative de sabotage du Congrès de l’Internationale libérale, qui se tient cette année au Sénégal. 

Selon le Conseiller politique de Macky Sall, Abdourahmane Ndiaye, les libéraux qui seraient tentés de passer à l’action pour saboter cette rencontre internationale, vont subir les foudres des cadres de l'APR. «Ils veulent saboter cette rencontre, ils n’ont qu’à essayer», prévient-il.

«Vous avez vu ceux qui ont essayé de saboter la visite du président Macky Sall à Paris, qu’ils essaient, je les invite cordialement à essayer, ils verront », a-t-il ainsi menacé.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Présidentielle: Wade demande la démission du président de son Groupe parlementaire


Abdourahmane Ndiaye faisait allusion à la récente participation de Macky Sall à la commémoration du 100e anniversaire de la signature de l’Armistice de 1918, marquant la fin de la Première Guerre mondiale. 

Le 11 novembre dernier, en effet, alors que Macky Sall se trouvait dans la capitale française, des membres de l’opposition ont cherché à saboter sa visite.

Devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal, des opposants ont été malmenés par des nervis recrutés pour la sécurité de la manifestation. Le représentant de Pierre Goudiaby Atépa à Paris, Boubakeur Benjelloun, ainsi que d'autres opposants, n'ont donc pas pu passer à l’action... 
Le 14/11/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé