Fermer

Sénégal. Emigration clandestine: Macky Sall décide enfin de prendre les choses en main

Mise à jour le 20/11/2020 à 09h58 Publié le 20/11/2020 à 09h58 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Le président Macky Sall

Le président Macky Sall

© Copyright : Dr

#Sénégal : On lui reprochait son inaction face a l'émigration irrégulière. Le chef de l’Etat sénégalais est sorti de sa réserve. En Conseil des ministres mercredi, il a mis l’accent sur le renforcement des dispositifs de surveillance et de contrôle de l’espace maritime.

Attaqué par l'opposition et la société civile de toute part, depuis que des organismes internationaux annoncent la mort de plusieurs centaines de Sénégalais dans la mer, le président Macky Sall n'avait jusqu'ici que trop minimisé le phénomène, avec des communiqués sans grand contenu.

Aujourd'hui, il semble enfin s'ouvrir les yeux sur cette dure réalité. Le communiqué du Conseil des ministre de ce mercredi nous apprend qu'’’abordant la question liée à la recrudescence de l’émigration clandestine à partir de nos côtes, et sa médiatisation, le chef de l’Etat insiste auprès des ministres concernés et des forces de défense et de sécurité, sur la nécessité impérative et systématique de renforcer les dispositifs de surveillance et de contrôle de l’espace maritime national, et particulièrement du littoral, en mettant l’accent sur les zones de pêche qui sont les principaux points de départ des migrants clandestins’’.

La même source ajoute qu’à ce propos, Macky Sall a demandé au gouvernement d’accorder "une attention plus soutenue à la redynamisation économique et à la situation sociale des populations des zones de pêche". "Ces dernières doivent être davantage sensibilisées et accompagnées, avec diligence et efficacité, par les mécanismes d’encadrement et de financement publics à déployer rapidement et efficacement dans les localités ciblées", souligne le communiqué.

Des centaines de jeunes Sénégalais ont péri dans divers naufrages en tentant de rallier l’Espagne par la mer.

Le 20/11/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé