Fermer

Sénégal. Élections locales 2022: éclatement des coalitions et rejet des listes des candidats, l’opposition mal partie

Mise à jour le 07/11/2021 à 10h45 Publié le 07/11/2021 à 10h16 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Vidéos. Sierra Leone: 98 morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Freetown
© Copyright : le360 Afrique/Ndiaye

#Sénégal : Après plusieurs manifestations de l’opposition et l’organisation d’un dialogue de la classe politique, le président de la République, Macky Sall, a finalement acté la tenue des élections locales le 23 janvier 2022. Les partis de l’opposition sénégalaise qui souhaitaient faire bloc peinent à s'unir.

Les hostilités et «la guerre» électorale sont lancées depuis l’annonce de la date du scrutin en vue d’un contrôle massif des collectivités territoriales qui sont déterminantes pour accéder à la magistrature suprême du pays.

Toutefois, l’opposition semble bien mal en point. Les partis de l’opposition sénégalaise qui souhaitaient faire bloc afin de remporter le maximum de mairies et mettre plus de pression sur le président Macky Sall, peinent aujourd’hui à s’unir. A cause du désaccord total sur le choix des investis et des têtes de listes, plusieurs coalitions ont fini par éclater. Celles qui sont arrivées à cheminer ensemble jusqu’à présent sont pour la plupart confrontées aux rejets de listes des candidats pour différents motifs.

>>> LIRE AUSSI: Sénégal: les élections locales fixées au 23 janvier 2022

La mouvance présidentielle n’est pas épargnée non plus. La coalition présidentielle «Benno Bokk Yaakaar», qui a réussi à fédérer ses alliés politiques et à grignoter du terrain face à l’opposition, fait face à un enjeu majeur: le choc des ambitions de ses potentiels candidats dans plusieurs localités.


Heureusement, la plupart des responsables ont suivi les directives du président Macky Sall, à l’exception de quelques-uns comme le tout puissant directeur des Domaines Mame Boye Diao qui, a défaut d’être choisi comme tête de liste, a mis en place sa propre liste. Une décision risquée, selon certains analystes. Mais, le premier concerné botte en touche en soulignant que Kolda, sa ville, vaut tous les sacrifices.
Le 07/11/2021 Par Le360 Afrique - Afp