Fermer

Macky Sall pour un "Fonds bleu" pour faciliter l'accès à l'eau dans le monde

Publié le 22/04/2016 à 18h26 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Société
Macky Sall
© Copyright : DR

#Sénégal : A New York pour signer l’Accord de Paris sur le climat, le président Macky Sall, a, avant cela, pris part à un panel de haut niveau sur l’eau organisé par l’ONU. Il y a préconisé la création d'un Fond mondial de l'eau.

En séjour depuis hier à New York, le président sénégalais devrait procéder aujourd’hui à la signature de l’accord de Paris sur le climat. Ce texte adopté lors de la COP21 à Paris en novembre 2015 prévoit, entre autres, de limiter dans le court terme à 2°C le réchauffement climatique par une réduction des émissions de gaz à effet de serre par les Etats, mais aussi la mise en place d’un fonds climat de 100 milliards de dollars d’ici 2020 au profit des pays en développement pour faire face au changement climatique.

Avant cela, Macky Sall avait pris part, hier, à la séance d’ouverture du panel de haut niveau sur l’eau organisé par l’ONU, en compagnie de 13 autres chefs d’Etats, du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Mon, et du président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

A cette occasion, Sall a préconisé la création d’un Fonds mondial de l’eau, qui pourrait s’appeler «Fonds bleu». «L’objectif était d’apporter un plaidoyer et une réflexion nouvelle sur la question de l’eau en termes d’accès pour toutes les populations du monde», a-t-il expliqué.

La finalité, précise-t-il, étant de voir quelle politique nouvelle «nous pouvons mettre en œuvre» au plan global pour atteindre l’Objectif de développement durable (ODD), à savoir mettre à disposition l’eau potable  de qualité.

Macky Sall a, par ailleurs, cité l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) réunissant la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, comme un «exemple réussi» de gestion concertée des ressources d’eau, hélas, souvent à l’origine de nombreux conflits dans le monde. «Cet exemple, nous voulons le partager de par le monde, parce qu’ailleurs les fleuves sont des sources de tensions», a t-il souligné.

Avant son arrivée dans la capitale américaine, le chef d’Etat sénégalais avait reçu une lettre de remerciement de son homologue américain pour avoir accepté d’accueillir deux ex-détenus libyens de Guantanamo. «Je voudrais vous remercier pour votre contribution aux efforts que je mène en vue de la fermeture de Guantanamo, en acceptant d’accueillir deux ex-détenus dans votre pays. Votre généreux soutien reflète la vieille et solide amitié qui existe entre les Etats-Unis et le Sénégal et démontre notre engagement à lutter contre le terrorisme dans le respect de l’Etat de droit et des valeurs que nous partageons», a expliqué Barack Obama dans cette missive.

Le 22/04/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo