Fermer

Le Niger remet aux autorités sénégalaises un «membre» de Boko Haram

Mise à jour le 03/05/2016 à 14h22 Publié le 03/05/2016 à 13h12 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Société
boko haram
© Copyright : DR

#Sénégal : Le Niger a extradé, hier, à Dakar, un Sénégalais accusé de terrorisme. Makhtar Diokhané, arrêté en novembre 2015 par les forces nigériennes, est soupçonné d’être un membre de Boko Haram.

Arrêté en novembre dernier au Niger, le Sénégalais Makhtar Diokhané, un supposé membre de la secte terroriste nigériane Boko Haram, est, depuis hier au Sénégal où il a été extradé par les autorités nigériennes. Il est interrogé par les enquêteurs de la section de Recherche de la gendarmerie, indique le quotidien dakarois «L’Enquête», généralement bien informé.

Arrêté par la police nigérienne qui l’avait placé en détention à Niamey avant de l’envoyer au Sénégal, Diokhané était, lors de son arrestation, «en route» pour rejoindre ses «frères combattants» de Boko Haram. Le Sénégal réclamait depuis longtemps son extradition.

Avant son interpellation par les forces nigériennes, les enquêteurs sénégalais suivaient «avec précision le circuit de fortes sommes d’argent que Makhtar Diokhané envoyait à son épouse au Sénégal, alors qu’officiellement il n’exerce aucune fonction». Via son épouse, Diokhané «finançait» plusieurs associations religieuses ou «dahiras» qui se distinguaient par un discours extrêmement radical.

Selon certaines sources, l’imam Alioune Ndao, arrêté par les enquêteurs sénégalais le 27 octobre 2015, à Kaolack (centre) pour «apologie du terrorisme» était en contact avec Makhtar Diokhané. Mais les autorités sénégalaises n’ont jamais officiellement communiqué sur ce supposé lien entre les deux hommes.

En tout cas, l’extradition de Diokhané intervient dans un contexte de nouvelles rumeurs d’une note sur une menace terroriste imminente au Sénégal transmise par les services de l’ambassade américaine à Dakar. Une information démentie, hier, par l’ambassadeur américain, James Peter Zumwalt.

Le 03/05/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo