Fermer

Viande d’âne, riz impropre et cuisses de poulets: un véritable problème de santé publique

Mise à jour le 23/05/2016 à 22h16 Publié le 23/05/2016 à 18h20 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Société
scandales
© Copyright : DR

#Sénégal : Alors que le bruit autour de la commercialisation de la viande d’âne dans le marché n’a pas fini de susciter l’indignation, la gendarmerie sénégalaise annonce avoir saisi un important stock de riz «impropre» à la consommation.

La semaine écoulée a été marquée par ce qu’on peut appeler le «scandale de la viande d’âne». Cette semaine, on parle du «scandale du riz impropre à la consommation».

En effet, la brigade de la gendarmerie de Thiaroye (banlieue dakaroise) a annoncé dans un communiqué de presse avoir procédé à la saisie d’un stock de 1.030 tonnes de riz impropre à la consommation pour une valeur de 226,6 millions de FCFA.

Cette saisie a été opérée lors d’une descente effectuée par les éléments de la brigade de Thiaroye dans les locaux de l’ancienne usine de fabrication d’allumettes «Cafal» à Thiaroye. C’est ainsi qu’ils ont découvert des stocks de riz de marques «Queen la Reine, Darou Salam et Dou Doy» entreposés dans des conditions exécrables.

Après cette découverte, mentionne le communiqué de la gendarmerie, les éléments de la brigade de Thiaroye ont décidé de saisir provisoirement les stocks et de solliciter le concours de l’Institut de technologie alimentaire (ITA) de Dakar pour procéder au contrôle de qualité et un rapport d’analyse.

Celui-ci a conclu «à la présence de moisissures, d’agents pathogènes et d’insectes vivants rendant le riz impropre la consommation». Une enquête a été ouverte.

Comme si ces mauvaises nouvelles ne suffisaient pas, la brigade des Douanes de Diamniadio (à l’entrée de la région de Dakar) annonce, elle aussi, avoir procédé à la saisie de 2,5 tonnes de cuisses de poulets frauduleusement importés et «impropres» à la consommation.

Les trois personnes à bord du véhicule qui transportait la marchandise prohibée ont été arrêtées. Il faut souligner que l’importation des cuisses de poulets est interdite au Sénégal depuis 2005, suite au déclenchement de l’épidémie de la grippe aviaire.

Si la multiplication de ces saisies de produits impropres à la consommation et de démantèlement de réseau de malfaiteurs traduit avant tout un louable travail des forces de l’ordre sénégalaises, cela révèle aussi un vrai problème de santé publique.

Le 23/05/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo