Fermer

Sénégal: le privé renvoie les étudiants abandonnés par un État mauvais payeur

Mise à jour le 24/11/2017 à 17h16 Publié le 24/11/2017 à 16h09 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Sénégal: le privé refuse les étudiants financés par un Etat mauvais payeur

Si l'Etat ne délie pas les cordons de la bourse, un grand nombre d'étudiants seront privés de formation dans les années à venir.

© Copyright : DR

#Sénégal : Les 50 000 étudiants orientés dans des établissements supérieurs privés débutent mal l’année universitaire. Ils ont été exclus par les chefs d’établissement qui réclament à l’Etat 10 milliards de francs CFA.

L’Etat sénégalais peine à honorer ses engagements vis-à-vis des établissements privés d'enseignement supérieur, alors qu'il débourse 150 milliards de francs CFA pour le fonctionnement des universités publiques.

Ainsi, depuis 2013, l’Etat sénégalais oriente des bacheliers dans les universités et instituts privés, afin de faciliter l'accès des élèves à l’enseignement supérieur. De leur côté, les établissements privés, dont les filières ont été reconnues par le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) et l’Autorité nationale d’assurance qualité de l’enseignement supérieur (Anaq Sup), ont consenti quelques efforts en améliorant leur logistique, leurs infrastructures d’accueil et en augmentant les effectifs du personnel enseignant. L’autre défi pour eux était de réduire de 40 à 50% les frais de scolarité.


>>>LIRE AUSSI: L’Université privée de Marrakech veut faire du Sénégal sa porte d’entrée en Afrique

Mais aujourd'hui, ces établissements ne se retrouvent plus dans ce deal. Pire, ils se sentent lésés. «Ils ont l’impression que cet effort n’est pas réciproque», a expliqué Mamadou Ngingue, président de la conférence des universités privées du Sénégal, au quotidien Le Soleil. Et pour cause, l'Etat a modifié le contrat. «Sans grande concertation, l’Etat a fait passer l’enveloppe par étudiant de 600.000 à 400.000 francs CFA». Une décision qui n’a pas mis fin au partenariat. Au total, 43 000 étudiants ont été accueillis par les établissements privés durant l’année universitaire 2015-2016, entre 50 000 et 60 000 cette année. «Ce qui fait du privé la deuxième plus grande université publique du Sénégal derrière l’université Cheikh Anta Diop (Ucad)», a souligné Mamadou Nguigue.


>>>LIRE AUSSI: WUR 2018: (Que) 25 universités africaines parmi les 1000 meilleures mondiales

Autre problème: «pour l’année 2016-2017, aucun établissement n’a été payé. Or, les cours de l'année 2017-2018 ont commencé». Dans le contrat initial liant les établissements privés à l’Etat, il était bien défini que ce dernier devait verser un acompte de 50%. Ces établissements privés, qui se trouvent dans l’impossibilité de payer les enseignants, réclament à l’Etat 10 milliards de francs CFA.

Pour essayer de trouver une solution, les chefs d’établissement ont lancé un appel au président Macky Sall. En vain. L’ultime solution pour eux est de se séparer des étudiants orientés par l’Etat en attendant qu’une solution soit trouvée.
Le 24/11/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé