Fermer

Sénégal. Rapport de l'Ofnac: 90% des policiers du pays sont corrompus

Mise à jour le 30/12/2017 à 15h16 Publié le 30/12/2017 à 15h12 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Omar Maal

Omar Maal, directeur général de la police nationale du Sénégal.

© Copyright : DR

#Sénégal : Le dernier rapport de l’Office nationale de lutte contre la corruption (Ofnac) révèle que 90% des policiers sénégalais sont corrompus. Le directeur général de la Police «exhorte» les policiers à se «ressaisir» et à se limiter à leurs salaires.

Oumar Maal, le directeur général de la police nationale est revenu sur le dernier rapport de l’Ofnac qui estime que 90% des agents de la police sénégalaise sont corrompus.

Profitant d’une visite des services de la police à l’occasion de la 26e Foire internationale de Dakar, le commissaire Oumar Maal en a profité pour rappeler à l’ordre ses protégés qui cèdent à la corruption.

«On ne les encourage pas. On les exhorte à se ressaisir, à comprendre qu'ils sont au service de la nation. Ils ne doivent pas se servir de la nation», a lancé le commissaire Maal aux policiers.


LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal: le policier mâche le PV qu'il dressait pour 3 euros


Le directeur général de la police faisait plus allusion aux agents de police qui s’occupent de la fluidité, du contrôle et de la sécurité sur les différentes routes sénégalaises.

Notons qu’avant même la publication du dernier rapport de l’Ofnac, le 20 décembre 2017, les usagers de la route se plaignaient des innombrables tracas que leurs causent les agents de police pour leur soutirer de l’argent.

Toutefois, le commissaire Maal relativise et défend quelque part la Police. «L'Ofnac a parlé de la perception de la corruption. Certainement, si vous interrogez un entrepreneur, si vous interrogez les gens dans les milieux des marchés publics, certainement la chose serait beaucoup plus importante», a-t-il nuancé.


LIRE AUSSI: Vidéo. Cameroun: les deux gendarmes filmés en flagrant délit de corruption enfin sanctionnés!


Il a par ailleurs fait des remontrances aux hommes qui sont sous sa responsabilité. «Pour autant, ces éléments qui sont sur la voie publique, et qu'on accuse à tort ou à raison de verser dans la corruption, ne sont pas défendables. Car ce sont des fonctionnaires comme tous les autres, qui ont un salaire à la fin du mois et pour mériter ce salaire, il faut éviter d'y mêler le moindre sous illicite. Parce que tout compte fait, nous sommes tous des gens du Livre», a-t-il terminé.

Rappelons que, plusieurs fois, des agents de police de la circulation ont été piégés par des usagers de la route.

Le plus célèbre reste à ce jour, ce policier filmé en juillet 2016 entrain d’avaler une contravention, parce que deux filles, qui lui avaient remis une somme de 3.000 Fcfa, le lui avaient demandé. Et les deux filles avaient ensuite publié le film sur les réseaux sociaux. Il s’en était alors suivi une enquête pour mettre aux arrêts le policier en question et les deux filles corruptrices.

Le 30/12/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé