Fermer

Vidéo. le Sénégal indigné par ces images de violence contre une handicapée en chaise roulante

Mise à jour le 09/06/2018 à 13h38 Publié le 09/06/2018 à 13h38 Par Mar Bassine

#Société
Vidéo. le Sénégal indigné par ces images de violences contre une handicapée en chaise roulante
© Copyright : DR

#Sénégal : En l'espace de quelques heures, la vidéo, devenue virale, a fait le tour des réseaux sociaux après avoir été partagée des centaines de fois. La démonstration de violence de cet agent en contrat avec l'Etat est sidérante.


En l'espace de quelques heures, la vidéo postée plusieurs fois dans les réseaux sociaux a été visionnée des dizaines de milliers de fois. Et les commentaires, quand ils ne s'indignent pas, appellent à ce que l'auteur de la violence soit traduit en justice. 


Les images de la vidéo, filmée depuis un balcon surplombant la célèbre rue Carnot, du centre ville de Dakar, montrent un agent de sécurité de proximité (ASP) s'acharner violemment contre une pauvre dame handicapée moteur. Il lui assène des coups de pieds, avant de la frapper avec un objet ressemblant à une ceinture. Auparavant, l'ASP avait arraché le fauteuil roulant de la bonne dame pour la trainer par terre. Bref, la violence est telle que les images en deviennent insoutenables. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal: le policier mâche le PV qu'il dressait pour 3 euros



Etaient présents sur le lieu, plusieurs autres personnes en chaises roulantes, un autre ASP et deux ou trois passants. L'auteur de la vidéo, qui a posté les images en premier, l'avait accompagnée d'un simple message: "Un ASP tabasse sévèrement des handicapés. Les faits se sont déroulés à la rue Carnot. Faites tourner cette vidéo svp". 
 

 


Il convient de rappeler que l'Agence de la sécurité de proximité, à laquelle appartient l'auteur de cet acte, est de création récente. C'est en 2012, après son élection que le président sénégalais, Macky Sall, en a émis l'idée et l'a mise en place par la suite. Ces agents travaillent en collaboration avec la police, mais ne sont pas autorisés à verbaliser des contrevenants à la loi, et encore moins violenter de pauvres citoyens. Cependant, à plusieurs reprises, ils ont été impliqués dans des actes similaires révélés par des vidéos. 

 
Le 09/06/2018 Par Mar Bassine