Fermer

Sénégal: menacés d’exclusion, les étudiants du privé manifestent ce mardi

Mise à jour le 16/10/2018 à 15h48 Publié le 16/10/2018 à 11h05 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Macky Sall au milieu d'etudiants

Macky Sall au milieu d'etudiants

© Copyright : dr

#Sénégal : Les étudiants orientés dans les Etablissement privés d’enseignement supérieur, menacés d’exclusion, vont manifester ce mardi 16 octobre. L'Etat doit en effet une très lourde ardoise auprès des universités et établissements privés d'enseignement supérieur.

Les étudiants qui risquent de perdre l’année académique 2018-2019 à cause de la dette de 16 milliards de Fcfa (24,06 millions d’euros) que l’Etat n’arrivent toujours pas à payer aux Etablissements privés d’enseignement supérieur, vont manifester ce mardi 16 octobre. Ils veulent sensibiliser l’opinion sur les risques d’exclusion qui pèsent sur eux et qui pourraient compromettre leur avenir. Leur manifestation partira de la Place de la Nation au rond-point de la Radio télivision du Sénégal (RTS), tôt dans la matinée. 

Orientés par le ministère de l'enseignement supérieur dans des écoles et universités privées, ils voient aujourd’hui leur avenir hypothéqué par la décision des responsables de leurs établissements de les exclure. Les Chefs d’établissements privés, qui réclament 18 mois d’arriérés de paiement que leur doit l’Etat, ont pris la résolution d’interdire aux étudiants tout accès à leur école.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: des milliers d’étudiants exclus du privé, à cause des arriérés de l’Etat

A l'origine de cette situation, il y a ce malentendu entre le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan qui parle de 9 milliards de francs Cfa et son collègue de l’Enseignement supérieur et de la formation qui, lui, évalue à 16 milliards de francs Cfa cette dette. 

L’Etat avait décidé de payer un acompte de 3 milliards de francs Cfa aux instituts privés. Le virement aurait même été effectué par ses financiers. Mais les responsables des établissements privés d’enseignement supérieur jugent cette somme dérisoire. Ils réclament aujourd’hui l’intégralité des 16 milliards de Fcfa dus. 


Le 16/10/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé