Fermer

Sénégal. distribution d'eau: l'Etat veut plus dans la filiale de Bouygues

Mise à jour le 22/10/2018 à 14h10 Publié le 22/10/2018 à 14h06 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
La Sénégalaise Des Eaux

La Sénégalaise Des Eaux

© Copyright : dr

#Sénégal : La SDE, unique concessionnaire de l’eau depuis 1996, ne veut pas céder sa place à des nouveau venus, comme VEOLIA et SUEZ. Mais l'Etat du Sénégal entend revoir le tour de table, pour augmenter sa participation.

Malgré l'intention de VEOLIA et SUEZ de lui voler la vedette, la SDE, filiale de Bouygues, concessionnaire de la distribution de l’eau au Sénégal depuis 1996, aurait proposé la meilleure offre. C’est du moins ce qu’avait affirmé, le 10 juillet dernier, le ministre de l’Hydraulique, Mansour Faye, sur le plateau de la Tfm. Et le ministre d'ajouter que les délibérations allaient avoir lieu durant les 10 jours qui allaient suivre cette date.

Il est donc étonnant que, 4 mois après cette déclaration du ministre de l’Hydraulique, les résultats de l’appel d’offre ne sont toujours pas publiés. Ce retard serait causé, selon certaines sources, par l’Etat qui serait en train d'effectuer certains réglages pour la répartition du capital entre lui (l’Etat), les privés sénégalais, le personnel, et l’actionnaire majoritaire, qui, actuellement, n'est autre que le groupe Bouygues.

Une nouvelle configuration du capital


L’Etat du Sénégal qui, par souci de ne pas avoir la majorité dans le capital de la SDE, n’avait qu'une participation de 5%, veut maintenant posséder 25% des parts. En tenant compte de cette nouvelle volonté étatique, les privés sénégalais, qui possédaient 33% des actions, n’en auraient plus que 25%. Les 5% restants iront au personnel tandis que l’actionnaire majoritaire, Bouygues, qui possédait 57% des actions, verra celles-ci descendre à 45%.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Dakar sans eau: le ministre de l’Hydraulique peine à rassurer

Cette nouvelle configuration du capital serait donc à l’origine de ce retard. En effet, les autres actionnaires comme la Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie du Sénégal (BICIS), filiale de BNP Paribas, la Confédération nationale des Employeurs du Sénégal (CNES), risquent de voir leurs participations diluées à l’ouverture du capital de la SDE. 

Certains prétendants à la concession de la commercialisation publique de l’eau au Sénégal soupçonnent aussi de mauvaises manœuvres qu’ils assimilent à de la corruption. Rappelons que 9 entreprises avaient souscrit à cet appel d’offres. Mais à cause de leur offre technique, 6 ont été éliminés, alors que la SDE, VEOLIA et SUEZ avaient été présélectionnés.

Ces trois sociétés devaient alors être départagées par l’offre financière. Et le 1er juillet dernier, la SDE a été déclarée gagnante par la commission. Mais cela n’a semble-t-il pas suffit à mettre fin à la bataille autour de la commercialisation de l’eau au Sénégal.

Le 22/10/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé