Fermer

Sénégal: la leçon de sagesse des religieux aux hommes politiques

Mise à jour le 01/10/2019 à 17h42 Publié le 01/10/2019 à 17h30 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Serigne Mountakha Khalif des Mourides

Serigne Mountakha Khalif des Mourides

© Copyright : dr

#Sénégal : C’est un vent de grâce qui souffle au Sénégal depuis le séjour à Dakar du Khalife général de Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Entre autres faits, Il a réconcilié Macky Sall et Abdoulaye Wade. Certains pensent que la libération de Khalifa Sall vient aussi d'une demande de sa part.


La libération, le 20 septembre dernier, du journaliste-consultant, Adama Gaye, la réconciliation, le vendredi 27 septembre suivant, entre l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade et son successeur, Macky Sall, lors de l’inauguration de la grande mosquée Massalikoul Jinaan, et enfin la grâce présidentielle accordée ce dimanche à l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, sont autant d’évènements qui vont apaiser le climat social dans le pays.

Au Sénégal, la cause semblait perdue, d’une possible retrouvaille entre le président Macky Sall et son ancien mentor, Abdoulaye Wade. En effet, depuis l’arrestation et la condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), de Karim Wade, dans le cadre de la traque des biens mal acquis lancée par Macky Sall en 2012, sa libération en 2016 et son exil forcé au Qatar, les relations étaient tendues entre l’ancien chef de l’Etat sénégalais et son successeur.  


>>>LIRE AUSSI: Vidéos. Sénégal: une foule impressionnante à l'inauguration la mosquée Massalikoul Djinane

Pour les cas de Karim Wade, celui de Khalifa Sall et plus récemment, d'Adama Gaye, les Sénégalais n'attendaient plus grand chose de la part de l'exécutif.

Malgré les nombreuses plaintes des associations sénégalaises de défense des droits de l’Homme et des organismes internationaux comme la Cour de justice de la CEDEAO qui ont toujours estimé que dans le cadre de ces affaires, les droits des prévenus n’étaient pas respectés, l’actuel chef de l’Etat était resté muet, du moins jusqu’à ce 20 septembre, date à partir de laquelle les choses se sont enchaînées. 

La communauté mouride du Sénégal inaugurait, le vendredi 27 septembre dernier, coïncidant avec l’anniversaire du départ en exil au Gabon, en 1895, du fondateur de la confrérie mouride, Cheikh Ahmadou Bamba, la grande mosquée Massalikoul Jinaan, construite grâce aux contributions de l’ensemble des disciples.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Grâce présidentielle: L'ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, libéré de prison

Le khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, avait fait le déplacement de Touba, capitale du Mouridisme, vers Dakar pour présider la cérémonie. Le moment est choisi par le saint homme, après la prière du vendredi, pour appeler Abdoulaye Wade et Macky Sall, tous les deux présents, à mettre fin à leurs divergences dans l’intérêt du Sénégal.

«Vous avez tous les deux la grâce divine. Vous devez donc faire l’effort de vous entendre. C’est le Sénégal qui va y gagner», leur a-t-il lancé.

Serigne Mountakha Bassirou Mbacké venait ainsi d’indiquer à deux hommes politiques le chemin qu’il faut emprunter pour installer la paix sociale et la stabilité. 

A la satisfaction de la majorité des Sénégalais, son message a été entendu puisqu’au sortir de Massalikoul Jinaan, Abdoulaye Wade et Macky Sall avaient semble-t-il enterré la hache de guerre. Les deux hommes ont quitté ensemble la nouvelle mosquée à bord de la voiture présidentielle afin de se rendre dans les appartements du Khalife général des Mourides pour un entretien privé.

La machine de la décrispation du climat politique va s'emballer, après avoir été lancé une semaine auparavant, puisque, ce dimanche 29 septembre, 72 heures après cet évènement, Macky Sall a signé le décret de remise de peine portant libération de Khalifa Sall, Mbaye Touré et Yaha Bodjan. L’ex-maire et ses deux codétenus dans l’affaire dite de la «caisse d’avance de la mairie de Dakar» sont alors libres de tout mouvement.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: le journaliste-consultant Adama Gaye en grève de la faim à la prison de Reubeuss

A rappeler qu’une semaine plus tôt, c’était le journaliste-consultant, Adama Gaye, lui aussi arrêté et incarcéré à la maison d’arrêt et de correction de Reubeuss pour «offense au chef de l’Etat», qui avait vu la demande de liberté provisoire accordée. Là également, le rôle joué par Serigne Mountakha Bassirou est indéniable.

Même si selon certaines indiscrétions, «c’est Abdoulaye Wade qui a demandé à Macky Sal de libérer tous les détenus politiques», il faudra reconnaitre que la semaine de séjour à Dakar, de Serigne Mountakha Mbacké, a servi de déclic à ce vent d’apaisement du climat social qui souffle actuellement au Sénégal.

La prochaine étape sera certainement, comme le demandent les Sénégalais, le vote d’une loi d’amnistie au bénéfice de Karim Wade et Khalifa Sall, deux acteurs majeurs de la scène politique sénégalaise.
Le 01/10/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé