Fermer

Sénégal: gravement malade, un activiste refuse l'aide de la première dame pour se soigner en Europe

Mise à jour le 07/10/2019 à 17h27 Publié le 07/10/2019 à 16h53 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
L'activiste Karim Xrum Xak

L'activiste Karim Xrum Xaax

© Copyright : DR

#Sénégal : Abdou Karim Guéye, alias Karim Xrum Xaax (lire Khroum khakh), est gravement malade. Selon ses amis et soutiens, il doit rapidement être évacué vers Europe. Toutefois, la fondation de la première dame, Servir le Sénégal, qui l'a approché pour proposer son aide a été éconduite par l'activiste.


L’activiste très virulent contre Macky Sall et son régime a déjà subi deux interventions chirurgicales sans succès. L’homme, qui était en bonne santé il y a quelques mois, a vu son état se dégrader considérablement après des séjours en prison.

De quoi alimenter les débats les plus fous sur l’origine de sa maladie, dont ses proches ne fournissent pas plus d'information. Sur une vidéo, quelqu’un se définissant comme son père accuse les autorités de l’avoir empoisonné, car, dit-il, Karim était en bonne santé avant de se faire arrêter. Selon lui, cette affaire doit être tirée au clair.

Mais pour l’instant, ses camarades ne sont motivés que par sa guérison et ont déjà lancé une campagne de collecte de fonds qui a déjà mobilisé plus de 20.000 euros, soit 13 millions de Fcfa, via le site de Crowd funding Leetchi. 

Karim Guèye dénonce régulièrement la présence française dans l'économie sénégalaise. Et l'une de ses arrestations avait même été effectuée en plein coeur de Dakar par des agents français qui l'on remis à la police sénégalaise, selon lui. 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: l’activiste Guy Marius Sagna sort de prison et reprend son combat

La fondation Servir le Sénégal que gère la première dame, Marième Faye Sall, s’est empressée de répondre à l’invitation des amis de l’activiste en proposant de prendre en charge son évacuation médicale vers les structures sanitaires européennes.

Ce que n’a pas voulu la femme de Abdou Karim Gueye, qui y voit une manière de museler l’activiste. La rapidité de la réponse de Marième Faye Sall, en vue de sauver l’activiste, a même inspiré une réflexion au journaliste d’investigation Samba Diamanka qui a écrit: «Cette dame doit avoir un budget colossal, à voir la façon par laquelle elle dégaine. Elle voulait "tuer" l'activiste Karim... avec cent millions. Vous avez bien lu cent. Car accepter cette somme aurait enterré l'activiste. Définitivement. Fort heureusement, il n'est pas tombé bêtement dans ce piège. Bravo à Karim qui mérite tout notre soutien. Puisse Dieu lui faire recouvrir vite la santé. Tiens bon Jambar (le brave), on a encore besoin de toi pour faire face a ceux qui voulaient t'enterrer avec 100 millions. C'est aussi ça le prix à payer quand on s'oublie pour les autres». Et de poursuivre: «Hier, tellement inquiet, je me disais qu'il aurait dû accepter, mais en lisant certains, j'ai revu ma position», a-t-il déclaré.
 
Si l’activiste refuse l’argent des proches du régime au pouvoir, c’est sans doute parce que le milieu des protestataires a connu un récent précèdent du genre. En effet, le rappeur engagé Thiat, du groupe Keur gui, qui avait bénéficié d’un financement de la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER), s’est vu rappeler ce crédit par le directeur même de la structure quand le rappeur a sorti une chanson pour tirer sur le régime.

Aujourd’hui, une question se pose: peut-on par conviction refuser de se faire soigner et risquer de mourir? En tout cas, le jeune activiste est très gravement malade et risque de mourir s’il n’est pas évacué d’urgence.

Le 07/10/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé