Fermer

Sénégal. Covid-19: "une malédiction divine", selon le khalife général des tidjanes

Mise à jour le 11/08/2020 à 18h31 Publié le 11/08/2020 à 18h27 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Le khalife des tidianes du Sénégal

Le khalife des tidianes du Sénégal, Serigne Babacar Sy Mansour.

© Copyright : DR

#Sénégal : Au Sénégal, le khalife général des tidjanes, Serigne Babacar Sy Mansour, est un personnage très au fait de l’actualité. Dans une vidéo, le patriarche encourage au respect des gestes-barrières, devant le manque de moyens contre le Covid-19. Cependant, il reproche à l'Etat un déficit de communication.

Serigne Babacar Sy Mansour ne cesse de se prononcer sur le Covid-19, qui prend de l’ampleur au Sénégal. Le Khalife général des tidjanes a donné quelques recommandations aux autorités étatiques, mais aussi à la population.

«J’ai dit que les autorités doivent parler avec les populations. Car, ce qui est là et qu’on dit être une maladie ou une épidémie, ne l’est pas en réalité. C’est une malédiction divine. Quand la maladie est entrée dans le pays, on ne s’y attendait pas, elle a surpris tout le monde. Mais la volonté divine est comme ça», a déclaré le Khalife général des tidjanes.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Coronavirus: à cause de leur pasteur, des élèves renoncent à leur examen pour ne pas porter de masque

Il dit constater que «dans ce pays, il n’y a plus de repères ni d’autorités, il n’y a plus de leaders d’opinion. On ne fait plus rien pour Dieu dans ce bas monde. Ce qui importe maintenant, c’est l’argent. Donc poursuit-il, il faut «qu’on fasse de l'aumône, des prières et qu’on se taise».

Le guide religieux demande à l’Etat de faire sa communication sur la pandémie en wolof (langue nationale du pays).  «Quand l’Etat parle de la maladie, il doit le faire en wolof. Parce que les discours se font en français et beaucoup d’entre nous ne comprennent pas la langue française. Chacun d’entre nous aussi a sa part de vérité. Moi, je ne suis pas là pour faire partir un gouvernement, je ne suis pas contre le pouvoir ou qui que ce soit. Je ne fais pas de la politique et je ne le ferai jamais. Mais quand on fait partie de quelque chose qui concerne tout le monde, il faut le faire sur la place publique et étaler cela au grand jour».

Aussi le khalife général des tidjanes a demandé aux autorités étatiques de lever le doute sur cette situation «C’est l’Etat qui est à la tête, donc il faut qu’il parle aux gens pour qu’ils comprennent ce qui se passe. C’est à l’Etat aussi de sécuriser les gens. On n’a pas les moyens ni les médicaments, donc il faut essayer de se préserver. Les gens aussi doivent porter le masque, parce que c’est ce qui permet de se protéger ou de se sauver de ce mal. Il faut porter le masque», recommande-t-il.


>>>LIRE AUSSI: Rwanda. Covid-19: ceux qui refusent de porter le masque parqués dans des stades

«Les autorités doivent instaurer le dialogue avec les citoyens afin de leur dire ce qui se passe réellement. Il faut que les autorités disent aux populations que la pandémie est une malédiction divine. Laquelle, n’a pas de remède. Le seul bouclier contre cette malédiction divine ce sont les prières pour avoir la clémence divine, implorer le pardon du Seigneur et donner fréquemment l’aumône», insiste encore le saint homme.

Le patriarche déplore aussi «le manque de repère notoire et l’irrespect qui gangrènent notre société. Les populations sont dans une course effrénée de biens pécuniaires», regrette-t-il.
Le 11/08/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé