Fermer

Tunisie: inauguration du méga-projet "Cité de la culture"

Mise à jour le 21/03/2018 à 18h06 Publié le 21/03/2018 à 16h49 Par Le360 Afrique - Afp

#Culture
Cité de la culture Tunis
© Copyright : DR

#Tunisie : Le gouvernement tunisien inaugure mercredi, en présence de l'actrice italo-tunisienne Claudia Cardinale, la Cité de la Culture, un méga-projet en plein centre de Tunis lancé il y a plus 10 ans sous l'ancien dictateur Zine el Abidine Ben Ali et un temps abandonné.

Un musée d'art contemporain, une salle d'opéra de 1.800 places, deux théâtres, une cinémathèque, un centre du livre ou encore des studios et bureaux pour les différents festivals rythmant la vie culturelle tunisienne: c'est l'un des plus gros chantiers de ces dernières décennies, voué à devenir le principal pôle culturel en Tunisie.

"Nous visons la création d'un projet ambitieux pour les générations futures", a déclaré à la presse le ministre de la Culture, Mohamed Zine el Abidine, qui avait piloté sous Ben Ali le comité chargé de concevoir ce complexe. "C'est une fierté pour la Tunisie, un moment historique", a-t-il martelé, qualifiant le lieu de "plus gros projet cultuel réalisé à échelle arabe, maghrébine et africaine".

Une cérémonie est prévue en soirée en présence du chef de l'Etat, Béji Caïd Essebsi, et de l'actrice Claudia Cardinale, née il y a 80 ans à Tunis, à quelques encablures du nouvel édifice.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: le plus grand musée d'art contemporain africain ouvre ses portes au Cap


Située sur une des principales artères du centre de la capitale, la Cité de la Culture abritera notamment le chœur et l'orchestre de l'opéra de Tunis, créé récemment et fort de 80 personnes, ainsi qu'un ballet.

Cet ensemble de neuf hectares, qui aura finalement coûté 130 millions de dinars (plus de 40 millions d'euros), visait initialement à rassembler toutes les activités culturelles sous l'égide de l'Etat.

Il a connu des déboires en raison de différends financiers avec le promoteur, et a été laissé complètement à l'abandon, sa géode en verre gagnée par une lente érosion, après la révolution ayant chassé Ben Ali du pouvoir en 2011, jusqu'en mars 2016.

Le complexe sera ouvert au public dans la foulée de l'inauguration.
Le 21/03/2018 Par Le360 Afrique - Afp