Fermer

Tunisie. Après les paradis fiscaux, le pays sur la liste noire du blanchiment d'argent de l'UE

Mise à jour le 07/02/2018 à 18h59 Publié le 07/02/2018 à 18h36 Par Mar Bassine

#Economie
blanchiment

#Tunisie : Après avoir réussi à sortir de la liste noire des paradis fiscaux, la Tunisie est de nouveau dans une mauvaise passe en voyant son nom inscrit parmi les mauvais élèves en matière de blanchiment et de financement du terrorisme.

Nouveau coup dur pour la Tunisie. Une semaine après avoir été retiré de la liste noire des paradis fiscaux, voilà que le pays du Jasmin se retrouve sur celle des pays exposés au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme, à l'issue d'un vote du Parlement européen le 7 février.

Il s'agit d'une douche froide pour le gouverment de Youssef Chahid, qui avait réussi à passer, le 23 janvier dernier, sur la liste dite "grise" constituée par les pays devant mener des réformes réduisant sensiblement leurs exonérations fiscales. 

Le BLanchiment d'argent en Afrique, l'Algérie championne maghrébine
© Copyright : Le360/ Mar Bassine Ndiaye

Il fallait 376 voix pour que la liste soumise aux députés européens soit rejetée. Malheureusement, seuls 283 élus européens s'y sont opposés, alors que 357 ont voté pour. La Tunisie, le Sri Lanka et Trinité et Tobago rejoignent l'Afghanistan, l'Irak, le Yemen ou la Syrie sur cette triste liste. 

Précedemment, le Groupe d'action financière (GAFI) avait déjà pointé la Tunisie du doigt. Il avait relevé que 22.000 entreprises étrangères, soit près de 8 sociétés sur 10 installées en Tunisie, n'ont aucun employé. Le mois dernier, le gouvernement tunisien avait pourtant donné des garanties au GAFI, promettant de prendre les dispositions nécessaires pour renforcer les contrôles. La commission des affaires monétaires et financières ne semble pas avoir pris en compte ces faits récents. 
Le 07/02/2018 Par Mar Bassine