Fermer

Tunisie. Budget 2019: l'Impôt sur les sociétés divisé par deux

Mise à jour le 16/10/2018 à 17h41 Publié le 16/10/2018 à 15h47 Par Karim Zeidane

#Economie
entreprises tunisiennes
© Copyright : DR

#Tunisie : Le Projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2019 prévoit d’importantes mesures visant à soutenir les entreprises tunisiennes. La forte réduction du taux d’imposition des sociétés en constitue la mesure phare à même d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de la destination tunisienne.

Face à la conjoncture difficile que traversent de nombreux secteurs vitaux de l’économie tunisienne, le gouvernement compte entreprendre des mesures à même de soutenir les entreprises de différents secteurs économiques.

Parmi ces mesures phares, figurent en bonne place des allègements fiscaux, la promotion des exportations et le soutien à la restructuration d'un secteur hôtelier en crise.

Ainsi, parmi les recommandations phares du PLF 2019, on note, au niveau fiscal, la réduction significative du taux d’imposition sur les sociétés. Celle-ci, une fois adoptée, devrait ainsi passer de 25 à 23,5% pour de nombreuses entreprises de différents secteurs d’activité, notamment celles des industries manufacturières et des services des technologies de l’information.


LIRE AUSSI: Tunisie: les exportations en forte hausse mais le déficit commercial persiste


A travers cette mesure, le gouvernement tunisien souhaite alléger la charge fiscale sur les entreprises, améliorer leur compétitivité, leur offrir les moyens financiers nécessaires à leur développement et aussi améliorer l’attractivité de la Tunisie comme destination pour les investisseurs.

Cette réduction du taux d’imposition concerne prioritairement les secteurs à forte valeur ajoutée. Il s’agit notamment des secteurs des industries électronique, mécanique et électrique, la construction automobile, l'aéronautique, les bateaux, les trains et les composants, câbles, industries pharmaceutiques et équipements médicaux, le textile, le cuir, la chaussure et les industries alimentaires.

De même, pour attirer les investisseurs étrangers, cette réduction du taux d’imposition est également offerte aux centres d’appels, aux entreprises d’innovation dans les technologies de l’information et aux sociétés exportatrices.


LIRE AUSSI: Tunisie: le FMI déçu des réformes met la pression sur le gouvernement Chahed


Le PLF 2019 prévoit également des exonérations fiscales (Impôt sur le revenu et impôt sur les sociétés) pendant une période de 4 ans pour les entreprises créées en 2018, 2019 et 2020.

Outre la réduction du taux d’imposition, le gouvernement tunisien propose également le doublement du budget alloué au Fonds de promotion des exportations dans le but de stimuler le secteur exportateur du pays et d'accroître les recettes d’exportations. Ce secteur passera ainsi de 40 à 80 millions de dinars tunisiens.

De même, face à la crise que traverse le secteur hôtelier tunisien, lourdement affecté par la crise post-Printemps arabe et les effets des attentats du Musée de Bardot et de Sousse, le PLF 2019 propose aussi l’octroi d’avantages pour soutenir la restructuration financière des hôtels tunisiens.


LIRE AUSSI: Tunisie: les touristes de retour, mais les recettes ne suivent pas


Le secteur hôtelier est globalement très endetté et a du mal à trouver des financements pour effectuer les travaux de rénovation des établissements existants. Les établissements touristiques qui adhèrent au processus de restructuration vont bénéficier d'avantages fiscaux qui consistent à déduire à hauteur de 25% les recettes et les gains réinvestis dans la restructuration financière des hôtels.

Ces mesures du PLF 2019 ont été adoptées par le Conseil des ministres le 10 octobre dernier. Elles seront soumises à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Le 16/10/2018 Par Karim Zeidane