Fermer

Tunisie: le niveau des avoirs extérieurs dépasse le «seuil de sécurité»

Mise à jour le 16/08/2019 à 18h30 Publié le 15/08/2019 à 18h12 Par Karim Zeidane

#Economie
blanchiment d'argent, devises
© Copyright : DR

#Tunisie : Les avoirs extérieurs en devises de la Tunisie ont fortement progressé, de l'ordre de 35%, pour atteindre 17 milliards de dinars tunisiens. Ils permettent désormais de sécuriser 95 jours d’importations au pays, dépassant le «seuil de sécurité». Plusieurs facteurs expliquent cette amélioration.

Selon les données de la Banque centrale tunisienne, les avoirs extérieurs en devises du pays se sont établis à l’équivalent de 17 milliards de dinars, un niveau en hausse de 35% par rapport à celui de la même période de l’année dernière (11 milliards de dinars).

Désormais, à la date du 9 août 2019, ces réserves permettent d’assurer 95 jours d’importations de biens et services, contre 71 jours à la même période, l’année dernière.

Grâce à cette amélioration, le niveau des réserves en devises dépasse désormais le «seuil de sécurité» fixé à 90 jours, soit plus de 3 mois d’importation de biens et de services.


LIRE AUSSI: Tunisie: l'inquiétante baisse des réserves en devises


Cette hausse des réserves en devises s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs. D’abord, il y a l’impact des emprunts du pays auprès des institutions financières internationales, ainsi qu'auprès du marché international de la dette.

A ce titre, on peut signaler le dernier décaissement de 247 millions de dollars, soir 730 millions de dinars tunisiens, du Fonds monétaire international (FMI), en juin dernier, au profit de la Tunisie, dans le cadre de la sixième tranche du mécanisme élargi de crédit.

Pour sa part, la Banque africaine de développement (BAD) a accordé au pays un prêt de 500 millions de dollars en mai dernier. Début juillet, l’Union européenne a, de plus, accordé un don de 150 millions d’euros.


LIRE AUSSI: Algérie: la baisse des réserves de change inquiète au sommet de l’Etat


En outre, le pays a levé sur le marché de la dette privée la somme de 700 millions d’euros, soit 2,275 milliards de dinars tunisiens.

Cette embellie est aussi la résultante du bon comportement du secteur touristique, l’un des pourvoyeurs de recettes en devises du pays.

La Tunisie doit toutefois faire face à un déficit commercial qui ne cesse de se creuser, et à un service de la dette de plus en plus important, qui pèse sur la reconstitution des réserves en devises du pays.

A fin mai dernier, les recettes touristiques avaient progressé de 38%, s'établissant à 1,2 milliard de dinars tunisiens.
Le 15/08/2019 Par Karim Zeidane