Fermer

Tunisie: un remaniement ministériel très attendu

Mise à jour le 06/09/2017 à 15h04 Publié le 04/09/2017 à 19h14 Par Karim Zeidane

#Politique
chahed

Youssef Chahed, premier ministre de la Tunisie.

© Copyright : DR

#Tunisie : Après moult tractations, le remaniement ministériel tant attendu en Tunisie devrait avoir lieu incessamment, voire dans les prochaines 24 heures, d’après plusieurs sources. La nouvelle équipe qui sera mise en place devra faire face rapidement à une dure réalité.

Le remaniement ministériel annoncé depuis plusieurs semaines devrait tomber dans les prochaines 24 ou 48 heures, suite aux dernières tractations entre les dirigeants des partis politiques qui constituent l’ossature du gouvernement actuel : Nidaa Tounes et Ennadha.

Certains postes cristallisent les discussions entre les partenaires du gouvernement. Il s’agit de celui de l’Education et de l’Intérieur.

Parmi les postes cités comme pouvant changer de mains figurent, entre autres, ceux du Tourisme, Sports, Transports, Droits de l’homme, etc.

En tout cas, ce remaniement intervient dans un contexte particulier. La Tunisie peine à sortir de la crise économique aigue et le gouvernement semble être à court de solutions.


LIRE AUSSI : Tunisie: opération "Mains propres", Chahed met des milliardaires en prison


Dans ce contexte, le Premier ministre Chahed doit constituer un gouvernement de combat, en choisissant des hommes et des femmes alliant compétence et intégrité, au risque de mécontenter les deux partis majoritaires à l’assemblée nationale tunisienne, Nidaa Tounes et Ennahdha.

En tout cas, la nouvelle équipe qui sera mise en place devra faire face rapidement à une réalité : aggravation des déficits extérieurs, hausse de l’endettement extérieur, aggravation du chômage (700.000 chômeurs), inflation, tensions sociales, etc.

En outre, la nouvelle équipe doit réussir à donner une dynamique aux reformes structurelles exigées par le FMI et qui tardent à se concrétiser.

Ainsi, pour nombre d’observateurs, la Tunisie a besoin plus qu’un simple remaniement gouvernemental. Ce qu‘il faut, c’est une véritable restructuration de la gouvernance avec des ministres plus compétents et audacieux.
Le 04/09/2017 Par Karim Zeidane