Fermer

Tunisie: Bientôt, les femmes hériteront autant que les hommes

Mise à jour le 14/08/2018 à 16h07 Publié le 13/08/2018 à 16h58 Par Karim Zeidane

#Politique
Beji Essebsi

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi.

© Copyright : DR

#Tunisie : Le débat sur l’égalité de l’héritage entre homme et femme vient de connaitre un nouveau tournant. En effet, le président tunisien a pris position et a annoncé le dépôt d’un projet de loi faisant de l’égalité entre homme et femme le principe par défaut lors de la répartition de l’héritage.

C’est une grande victoire pour les partisans de l’égalité dans la répartition de l’héritage entre homme et femme en Tunisie. Alors que le débat s’enlisait entre partisans et opposants, le président tunisien a tranché en annonçant dans un discours, ce lundi 13 août, le dépôt d’un projet de loi faisant de l’égalité entre homme et femme le principe par défaut lors de la répartition de l’héritage.



«Je propose de faire de l’égalité dans l’héritage une loi», a déclaré Béji Caïd Essebsi, lors d’un discours télévisé à l’occasion de la Journée de la femme tunisienne, soulignant qu’avec ce projet, «on va faire de l’égalité la règle et de l’inégalité une dérogation». Il rejoint ainsi la proposition de la Commission pour les libertés individuelles et l’égalité (Colibe).


LIRE AUSSI: Tunisie: héritage, l'égalité successorale loin de faire l'unanimité


Ce projet de loi sera présenté aux députés tunisiens dès la fin des vacances parlementaires. Il est certain que les débats seront houleux tant la question divise dans une société où la religion est encore fortement présente. Il faut reconnaître que cette mesure qui rentre dans le cadre de l'égalité consacrée par la Constitution de 2014 est loin de faire l’unanimité.

A la veille du discours du président, une importante manifestation a réuni à Tunis les détracteurs de ce projet de loi qui soutiennent que l’héritage est régi par le Coran et donc sacré. Certains extrémistes brandissaient le cCoran en scandant: avec «notre sang, nous défendrons l’islam».


LIRE AUSSI: Tunisie: l’égalité des sexes en matière d’héritage divise jusqu’à Al Azhar


Les partisans de l'égalité successorale comptent répliquer ce lundi en organisant une importante manifestation à Tunis, revigorés dorénavant par le soutien du président Essebsi.

C’est dire que la partie est loin d’être gagnée au parlement, et ce d’autant que ce projet intervient quelques mois avant des élections législatives et présidentielle cruciales, prévues en 2019.

C’est pour cette raison que le président tunisien, qui bénéficie du soutien des islamistes, a souhaité ménager sa coalition gouvernementale en laissant la porte ouverte à des «exceptions» pour les familles qui souhaitent appliquer la Charia, la loi coranique en matière d’héritage.
Le 13/08/2018 Par Karim Zeidane