Fermer

Tunisie: la puissante centrale syndicale UGTT rejette le dialogue proposé par Kaïd Saied

Publié le 23/05/2022 à 15h18 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Kaïs Saied et Noureddine Taboubi (UGTT)

Le président Kaïs Saied et le SG de l'UGTT Noureddine Taboubi.

© Copyright : DR

#Tunisie : La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT a refusé lundi de prendre part au dialogue proposé par le président Kaïs Saied dans le but de fonder une "nouvelle République", après qu'il ait pris les pleins pouvoirs en juillet 2021.

Saied a nommé vendredi un juriste proche de lui à la tête d'une commission chargée d'élaborer une Constitution pour «une nouvelle République» à travers un «dialogue national» dont les partis politiques sont exclus.

Selon un décret présidentiel, cette commission présentera «un projet de Constitution» au président, après des consultations avec les syndicats l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), mais aussi avec l'organisation patronale UTICA, les ONG Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH) et l'Union nationale de la Femme tunisienne (UNFT).



Mais à l'issue d'une réunion de son instance dirigeante lundi sous la présidence de son secrétaire général Noureddine Taboubi, l'UGTT a infligé un camouflet au président Saied en annonçant qu'elle boycotterait le dialogue proposé.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie. grève: la puissante centrale syndicale UGTT se dit "prête au dialogue"

L'UGTT «ne participera pas au dialogue national sous le format proposé par le président Kais Saied qui n'a pas fait l'objet de consultations préalables et ne répond pas aux attentes des forces nationales pour mettre en place un processus patriotique permettant de sortir de la crise», a déclaré le syndicat dans un communiqué.

Acteur influent sur la scène politique en Tunisie, l'UGTT fait avec l'UTICA, la LTDH et l'Ordre national des avocats du Quartette des lauréats en 2015 du Prix Nobel de la Paix pour sa contribution à la transition démocratique en Tunisie, berceau du Printemps arabe où la démocratie semble vaciller depuis le coup de force de Saied en juillet.
Le 23/05/2022 Par Le360 Afrique - Afp