Fermer

Tunisie: 48.000 gilets "rouges" saisis, un mouvement fondé

Mise à jour le 15/12/2018 à 21h16 Publié le 14/12/2018 à 16h20 Par Mar Bassine

#Société
Tunisie: 48.000 gilets "rouges" saisis chez un homme d'affaires

La Coordination nationale des gilets rouges en Tunisie a vu le jour

© Copyright : DR

#Tunisie : Un mouvement de "gilets rouges" a été mis en place et les autorités tunisiennes semblent le prendre très au sérieux.

Selon la presse tunisienne, ce ne sont pas moins de 50.000 de ces fameux gilets désormais symbole de contestation qui ont été saisis, ce vendredi 14 décembre, chez un homme d'affaires de Sfax. Le lot, composé de 48.000 gilets rouges et 2000 jaunes, se trouvait dans un hangar situé à Sfax et géré par un entrepreneur de cette même région. Mais finalement, les autorités ont abandonné la saisie sur la foi de la déclaration du propriétaire de la marchandise suspecte. 

Bien que le nombre soit impressionnant, l'homme d'affaires a soutenu qu'il devait livrer les gilets à des compagnies pétrolières s'activant dans la prospection ou l'exploitation. Les autorités ont ainsi promis de poursuivre leur enquêté avant d'entamer éventuellement des poursuites devant la justice. 


>>>LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: des «Gilets Orange» bientôt dans la rue pour dénoncer «les injustices sociales»


Si les autorités surveillent tout ceci de près, c'est parce que le risque de contagion de ce qui se passe en France est bien réel. En effet, pas plus tard que cette matinée du vendredi, un collectif qui dit s'appeler la "Coordination nationale des gilets rouges en Tunisie" a annoncé un sit-in, appelant les Tunisiens à venir manifester leur colère. Les organisateurs de ce mouvement, apparemment pris très au sérieux, disent que leur plateforme revendicative s'articule autour de 22 points. Toujours selon  eux, 53 autres coordinations locales ont été mises en place en plus de 9 régionales. 

Après avoir vu ce dont sont capables les gilets jaunes français, les autorités tunisiennes ont sans doute raison de prendre les devants. 

Le 14/12/2018 Par Mar Bassine