Fermer

Tunisie: après avoir porté plainte pour viol, il écope de 6 mois de prison

Mise à jour le 13/02/2019 à 10h45 Publié le 13/02/2019 à 09h57 Par Ismail Traoré

#Société
Homosexualité
© Copyright : DR

#Tunisie : Un jeune homme a été condamné après avoir été violé par une personne rencontrée sur Facebook. Le procureur de Sfax a décidé de le poursuivre après de dépôt de sa plainte.


Jeune Tunisien de 26 ans, Anas s'est retrouvé arrêté et jugé puis condamné à une peine de prison de 6 mois, alors qu'il était venu porter plainte pour viol. 

Le juge de Sfax l'a condamné pour "homosexualité" à la suite de son procès, mais aussi pour "dénonciations calomnieuses", selon la chaîne BFM TV qui rapporte les propos de cet homme de loi, ainsi que ceux d'une association de défense des droits des homosexuels en Tunisie. 


>>>LIRE AUSSI: Mali. Homosexualité: manifestation contre un manuel scolaire

Après sa plainte, Anas pensait sans doute qu'il allait obtenir justice en déclenchant éventuellement des poursuites contre ses violeurs.

Mais le parquet a ordonné une expertise médicale, laquelle a montré que le jeune homme avait déjà eu, auparavant, des rapports sexuels avec des hommes, à plusieurs reprises. 

Les faits que dénonçait le jeune homme se sont déroulés après un rendez-vous fixé avec un homme, rencontré sur le reseau social Facebook.

Mais en lieu et place d'un rendez-vous, la victime s'est retrouvée avec deux hommes le jour du rendez-vous.

Il a alors été violé et dépouillé de toutes ses affaires. 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Dépénalisation de l’homosexualité: le Sénégal dit non aux Nations Unies

En se rendant au commissariat, il ne se doutait pas que la justice allait s'intéresser à savoir s'il avait entretenu des relations homosexuelles dans le passé. 

La pratique du test anal est courante en Tunisie, même si le pays s'était engagé à y mettre fin.

Il mène souvent à des condamnations, puisque selon l'association Shams de défense des droits des homosexuels tunisiens, en 2018, 127 personnes ont été condamnées pour avoir entretenu des relations homosexuelles, contre 79 en 2017 et 56 en 2016.

Autant dire que le nombre des condamnations va crescendo. 

Le 13/02/2019 Par Ismail Traoré