Fermer

Afrique du sud: l'ex-président Zuma forcé à témoigner par la commission d'enquête anti-corruption

Mise à jour le 09/10/2020 à 12h12 Publié le 09/10/2020 à 12h10 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Zuma

Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud.

© Copyright : DR

#Autres pays : La commission d'enquête sud-africaine chargée de la lutte contre la corruption d'Etat a assigné vendredi l'ex-président Jacob Zuma à se présenter avant le mois de novembre, le forçant à témoigner.

Cette assignation survient dix jours après que Zuma, jugé dans son pays pour corruption, a accusé le président de la commission d'enquête d'être "partial" et réclamé qu'il se récuse.

Depuis bientôt deux ans, la commission a entendu des dizaines de ministres ou ex-ministres, élus, hommes d'affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour le linge sale de l'ère Zuma.

Au moins 34 témoins à ce jour impliquent directement et indirectement l'ancien président, selon le principal avocat de la commission Paul Pretorius.

"Il est important que Zuma comparaisse devant la commission car la plupart des accusation de corruption concernent la période où il était président", a-t-il souligné.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: la justice lance un mandat d’arrêt «différé» contre l’ex-président Zuma


Mais l'ex-président a refusé à plusieurs reprises de témoigner. En septembre, pour expliquer son absence, ses avocats ont invoqué des risques pour sa santé ou avancé qu'il est "occupé" à préparer sa défense dans un autre dossier de corruption.

Président de la commission et vice-président de la Cour constitutionnelle, Raymond Zondo a ordonné vendredi la convocation de Zuma du 16 au 20 novembre.

Rappelant faire son travail, Zondo a expliqué donner ainsi à Zuma "l'opportunité de se présenter ici et laver son nom".

Une absence sans motif suffisant, constituera "une infraction pénale", a-t-il ajouté.


LIRE AUSSI: Afrique du Sud: l'ex-président Zuma affirme qu'un de ses fils a été empoisonné


Englué dans les scandales, Jacob Zuma avait été poussé à la démission en 2018 et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a promis d'éradiquer la corruption.

L'ancien président sud-africain est soupçonné d'avoir généralisé le pillage des ressources de l'Etat, notamment en favorisant les affaires d'un sulfureux trio d'hommes d'affaires, les frères Gupta.

La commission d'enquête doit siéger jusqu'en mars 2021.
Le 09/10/2020 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi