Fermer

Algérie: selon l'ONU, 28.000 migrants expulsés vers le Niger depuis 2014

Publié le 17/04/2018 à 15h15 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Algérie: la chosification des migrants africains se poursuit
© Copyright : DR

#Algérie : Quelque 28.000 personnes, majoritairement des migrants illégaux nigériens, ont été rapatriées d'Algérie vers le Niger depuis 2014, a indiqué mardi 17 avril l'ONU, Niamey se disant préoccupé par des rapatriements excessifs.


"28.000 personnes (ont été) rapatriées d'Algérie depuis le début de l'opération en 2014", selon le bulletin du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies à Niamey.

Près de 22.000 des migrants refoulés sont issus de la région nigérienne de Zinder (centre-sud) et "plus de 3.000" autres sont des ressortissants d'Agadez (nord désertique), proche de l'Algérie, précise l'agence onusienne.

Les premières opérations avaient commencé par le rapatriement de 3.000 Nigériens, dont 76% d'enfants. Le gouvernement nigérien avait alors annoncé avoir entrepris ces opérations "en concertation avec les autorités algériennes", en vue de rapatrier ses ressortissants "vivant en situation de vulnérabilité extrême et sans emplois en Algérie".


>>>LIRE AUSSI: Algérie: les «déportations» massives de Migrants dénoncées par des ONG européennes

En Algérie, ces migrants "vivent malheureusement de la mendicité", avait expliqué le Premier ministre nigérien Brigi Rafini.

Mais en octobre 2017, le gouvernement nigérien a exprimé sa "préoccupation" après des rapatriements massifs de ses ressortissants. Il a affirmé avoir "plaidé" pour qu'une catégorie de migrants, "les acteurs économiques" et ceux partis pour "travailler" soient "épargnés" par ces reconduites aux frontières.

Amnesty International avait de son côté dénoncé des "arrestations arbitraires" et des expulsions massives "illégales" d'Africains de l'Ouest et assuré que certains avaient des visas valides.

Parmi les expulsés figurent aussi des Guinéens, Burkinabè, Béninois, Maliens, Ivoiriens, Sénégalais, Nigérians, Libériens, Camerounais ou Sierra-Léonais, selon Amnesty.
Le 17/04/2018 Par Le360 Afrique - Afp