Fermer

Vidéo. Algérie-Libye: le maréchal Haftar menace Alger d’une guerre

Mise à jour le 09/09/2018 à 12h13 Publié le 09/09/2018 à 12h11 Par Karim Zeidane

#Politique
Haftar
© Copyright : DR

#Algérie : Le maréchal Haftar a accusé l’Algérie de profiter du chaos libyen pour y envoyer des troupes. L’homme fort de l’est libyen, soutenu par l’Egypte et les Emirats arabes unis, a même menacé de transférer la guerre en Algérie.

L’homme fort de l’est libyen qui vient tout juste de menacer de marcher sur Tripoli, a ouvert un nouveau front en attaquant Alger. Le maréchal Haftar a accusé l’armée algérienne d’incursion sur le territoire libyen. 

«Les Algériens ont trouvé une occasion pour entrer en Libye, et lorsqu’on a découvert ça, j’ai envoyé le général Abdelkrim à Alger pour expliquer que ce qui a été fait par l’Algérie était loin d’être fraternel», a expliqué le maréchal lors d’une allocution faite hier devant des représentants des coordinations des affaires sociales, selon maghrebemergent.info et Al Jazzera, repris par les médias algriens. «Nous pouvons transférer la guerre de notre côté à l’autre en quelques instants», ajoute-t-il. 


Selon le maréchal, les autorités algériennes ont reconnu leur forfait et expliqué qu’il s’agissait d’une «démarche individuelle, qui serait corrigée dans la semaine». Il ajoute aussi que les autorités algériennes se sont excusées.

Du côté algérien, où on cultive l’idéologie selon laquelle l’armée nationale populaire ne se déploie pas hors des frontières algériennes, c’est motus et bouche cousue.


LIRE AUSSI: Libye: le maréchal Haftar ne se rend pas en Algérie et opte pour la guerre


Il faut souligner que le maréchal Haftar n’a jamais été dans les tablettes d’Alger qui semble plus proche des autorités de Tripoli. 

Rappelons que le maréchal est intervenu pour la première fois depuis le début des affrontements de Tripoli le jeudi 6 septembre lors d’une rencontre avec une trentaine de sages et chefs de tribus. Au cours de cette rencontre, il a annoncé son refus du projet de nouvelle constitution et a menacé de marcher sur Tripoli.
Le 09/09/2018 Par Karim Zeidane