Fermer

Algérie: un diplomate tchadien disparaît avec l'argent de 224 pèlerins

Mise à jour le 13/08/2018 à 13h24 Publié le 13/08/2018 à 13h24 Par Mar Bassine

#Société
Algérie: un diplomate tchadien disparaît avec l'argent de 224 pèlerins
© Copyright : DR

#Algérie : Un diplomate tchadien en exercice à Alger aurait délesté des candidats au pèlerinage de la rondelette somme de près de 430.000 euros, avant de disparaître.


Vidal Bennett Mosaab El Hadj, un diplomate tchadien en activité à Alger depuis 17 ans, est accusé d'escroquerie par les autorités algériennes. Il vient d'être arrêté ce week-end à Ndjamena alors qu'il s'apprêtait à embarquer pour la Mecque.

Vidal Bennett aurait arnaqué 224 candidats algériens au pèlerinage en faisant croire à une agence de voyage qu'il pouvait lui vendre le quota des pèlerins tchadiens résidant en Algérie. Passeport diplomatique à l'appui, il se serait présenté comme le responsable de la communauté des ressortissants tchadiens en Algérie. Il a promis à l'occasion d'offrir à l'agence de voyage Madna, située à Ghardaïa, la possibilité de céder le quota de visas aux pèlerins algériens.


>>>LIRE AUSSI: Cameroun. Hadj 2017: dur dur pour les pèlerins

L'agence a effectivement sauté sur l'occasion, entraînant avec elle quelque 224 candidats au Hajj 2018. Au total, les malheureux lui auront versé la rondelette somme de 5,8 milliards de centimes, soit l'équivalent de 428.000 euros au cours officiel actuel.

Selon la presse algérienne, les versements ont été effectués soit via le compte bancaire du diplomate, soit directement remis en mains propres au domicile de ce dernier, situé au quartier Baba Ali à Alger.

Vidal Bennett Mosaab El Hadj fréquenterait la zaouiya tidjaniya d'Alger et disposerait de plusieurs photos avec de hautes personnalités, selon le journal Ennahar.

Il convient de rappeler que l'Algérie dispose d'un quota de 40.000 pèlerins autorisés à se rendre aux lieux saint de l'Islam pour l'année 2018. Mais, comme pour plusieurs pays, les candidats sont nettement plus nombreux ce qui pousse certains à se rendre dans d'autres pays ou à utiliser d'autres moyens pour accomplir le hadj, cinquième pilier de l'islam.
Le 13/08/2018 Par Mar Bassine

à lire aussi