Fermer

France-Algérie: les Harkis réclament 40 milliards d’euros pour préjudices subis

Mise à jour le 10/09/2018 à 23h09 Publié le 10/09/2018 à 21h10 Par Karim Zeidane

#Société
Harki
© Copyright : DR

#Algérie : Les Harkis -ou Algériens ayant combattu aux côtés de la France durant la guerre d’indépendance- réclament une facture salée à la France, pour préjudice subi. Une demande qui intervient au moment où le président français, Emmanuel Macron, se prépare à prendre des mesures en leur faveur.

La facture demandée par les Harkis pour dédommagement est salée. Les associations de Harkis -militaires autochtones d’Algérie qui servaient comme supplétifs aux côtés des français- ont fait leur calcul. Ils réclament jusqu’à 40 milliards d’euros de dédommagements à l’Etat français pour les préjudices subis par la première génération et les générations suivantes. En effet, les Harkis, après le départ des Français, ont été obligés de laisser leurs biens en Algérie après l’indépendance. A cela s’ajoute aussi le préjudice subi de la part de la France une fois sur le sol français.

«Au sein du Comité de liaison, nous avons effectué notre propre chiffrage, nos propres calculs, avec des femmes et des hommes habilités à réaliser ce type de chiffrage. On a cherché à comprendre la réalité des demandes, on a discuté avec des spécialistes et on est arrivés à un montant compris entre 37 et 40 milliards d’euros (…). Dans ce chiffrage il y a tout ce que nous avons perdu, tout ce que nous avons abandonné là-bas (en Algérie, ndlr), les pertes humaines aussi, la vie dans les camps en Algérie et ensuite en France», expliquait le porte-parole du Comité de liaison des Harkis, Mohamed Badi, dans un entretien accordé au site français ladepeche.fr.


LIRE AUSSI: Algérie: un niet «définitif» au retour des harkis


Cette sortie intervient au moment où le gouvernement d’Emmanuel Macron se prépare à prendre une série de mesures en faveur des Harkis. En effet, c’est le 25 septembre courant que le gouvernement français devrait dévoiler des mesures pour ces ex-Algériens. Parmi les proposition attendues figue une résolution parlementaire reconnaissant la responsabilité de l’Etat français dans l’abandon des Harkis dans les accords d’Evian de mars 1962.

Seulement, sur ce point, les points de vue divergent. Les Harkis souhaitent une loi gravant dans le marbre la responsabilité de la France dans ce dossier. Et non une simple résolution. De même, il est question de la création d’un «fonds de réparation et de solidarité» de 40 millions d’euros pour ces anciens supplétifs de l’armée française et leurs enfants. Un montant très dérisoire par rapport aux dédommagements réclamés par les associations de Harkis.


LIRE AUSSI: Vidéo. Algérie: Ouyahia fait sauter un tabou en appelant les «pieds noirs» à la rescousse


Il faut dire que le préjudice subi est difficilement chiffrable. Seulement, il faut aussi se rappeler que les Européens d’Algérie, qui avaient quitté le pays après 1962, ont été indemnisés par plusieurs lois. Peut-être qu’un procédé identique sera mis en œuvre pour les Harkis.

Enfin, l’une des revendications phares des Harkis reste le retour dans leur pays natal, l’Algérie. Un souhait qu’Alger refuse catégoriquement, du fait du rôle qu’ils ont joué pendant la lutte d’indépendance.
Le 10/09/2018 Par Karim Zeidane