Fermer

Pétrole: un seul pays africain dans le Top 15 des plus grands producteurs d’or noir

Mise à jour le 18/11/2020 à 08h52 Publié le 18/11/2020 à 08h36 Par Moussa Diop

#Economie
petrole
© Copyright : DR

#Algérie : Les pays africains ont pesé pour 9% seulement de la production mondiale de pétrole en 2019 avec une moyenne de 8,4 millions de baril/jour. Un seul pays figure d'Afrique figure parmi les 15 plus grands producteurs de pétrole du monde, selon le BP Statistical review of world energy.

Malgré les nombreuses découvertes de champs pétrolifères annoncées dans de nombreux pays africains au cours de ces dernières années, la production pétrolière africaine, dans sa globalité, ne peut être comparée à celle des plus grandes régions productrices de pétrole de la planète.

En tout, avec une production de 8,4 mbj, en hausse de 1,1% en rythme annuel, l’Afrique n’a représenté que 8,8% de la production mondiale d’or noir, selon les données du 69e rapport BP Statistical Review of World Energy, publié chaque année par British Petroleum.

En conséquence, à cause de cette faible proportion, un seul pays figure parmi les dix premiers plus grands producteurs de pétrole du monde.


LIRE AUSSI: Pétrole: le Nigeria s'engage à réduire sa production d'un demi-million de barils/jour


Le Nigeria est le premier producteur d’or noir africain avec une production journalière de 2,11 mbj, en hausse de 5,1% en 2019, comparativement à l’année précédente, et conserve sa position de premier producteur de pétrole du continent. Le pays occupe la 11e place parmi les 15 plus grands producteurs de pétrole du monde.

La première puissance économique et pays le plus peuplé du continent devance l’Algérie (1,49 mbj) qui vient de ravir la seconde place à l’Angola, qui se retrouve ravalée au rang de 3e producteur de pétrole africain, avec 1,42 mbj. La Libye avec 1,23 mbj et l’Egypte avec 686 mbj  figure parmi les plus grands producteurs de pétrole d’Afrique en 2019.

Les autres petits producteurs sont la République du Congo (339 mbj), le Gabon (218 mbj), la Guinée équatoriale (180 mbj), le Tchad (127 mbj), le Soudan du Sud (139 mbj) et le Soudan (102 mbj). 

L'ensemble de la production africaine cumulée en 2019 n’atteint même pas celle du premier producteur mondial, les Etats-Unis, et leurs 17,05 millions de barils par jour (mbj).


LIRE AUSSI: Pétrole: le cauchemar recommence pour les producteurs africains


La production mondiale de pétrole a quasiment stagné en 2019, s'établissant à 95,19 mbj (-0,1%). Les Etats-Unis et leur 17,05 mbj conservent leur position de leader de la production de brut pour la 3e année consécutive, grâce à leur exploitation optimisée du schiste de pétrole.

Ils sont suivis, de loin, par l’Arabie Saoudite (11,83 mbj), la Russie (11,54 mbj), le Canada (5,65 mbj), l’Irak (4,78 mbj), les Emirats arabes unis (4,0 mbj), la Chine (3,84 mbj), l’Iran (3,53 mbj), le Koweït (3,0 mbj), le Brésil (2,9 mbj), le Nigeria (2,11 mbj), le Kazakhstan (1,93 mbj), le Mexique (1,92 mbj), le Qatar (1,88 mbj) et la Norvège (1,73 mbj).

Malgré une production en forte hausse, les Etats-Unis ne sont toujours pas autosuffisants. Avec une consommation de 19,40 mbj., ils doivent importer 2,4 mbj pour satisfaire leur demande intérieure.

Toutefois, c’est la Chine, avec une consommation de 14,5 mbj, qui est désormais le pays le plus dépendant de la production de pétrole mondiale.
Le 18/11/2020 Par Moussa Diop