Fermer
#Société

Vidéo: les Maliens expulsés d’Algérie témoignent de leur calvaire

Mise à jour le 31/10/2017 à 12h28 Publié le 31/10/2017 à 12h13 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Algérie : L’Algérie a expulsé plusieurs centaines de Maliens au cours de ces dernières semaines dans des conditions inhumaines. Dépossédés de leurs maigres biens, ils ont été abandonnés en plein désert à la frontière du Niger. Certains d’entre eux se sont confiés à le360 Afrique.

L’Algérie, depuis l’arrivée du gouvernement d’Ahmed Ouyahia, a repris sa politique d’expulsion des migrants subsahariens. Une politique qui commence à irriter ses voisins nigériens et maliens tant les conditions dans lesquelles s’effectuent ces expulsions sont inhumaines.

Alléguant sa volonté de sécuriser ses frontières, l’Algérie a ainsi entrepris une politique d’expulsion massive de ressortissants subsahariens vivant sur son territoire, notamment des Maliens, des Nigériens, des Guinéens et des Sénégalais en situation irrégulière.


LIRE AUSSI : Le Niger proteste contre des expulsions massives de Subsahariens par l’Algérie


Ces migrants, à les entendre, ont subi des traitements inhumains de la part du Croissant rouge algérien et des autorités sécuritaires algériennes. Affamés, ils sont dépossédés de leurs biens et battus.

Il y a environ un mois, certains rapatriés maliens ont été abandonnés dans le Sahara algérien, à la frontière avec le Niger, alors que l’Algérie a une frontière commune avec le Mali.

Sans eau ni nourriture, certains migrants meurent d’épuisement. D'autres sont secourus par des automobilistes, des militaires nigériens, etc.


LIRE AUSSI : Algérie: Amnesty International dénonce des "expulsions massives" de Subsahariens


Les Maliens expulsés d’Algérie via le Niger, plus de 300 la semaine dernière, ont été rapatriés avec l’aide de l’Organisation internationale de la migration (OIM) à partir d’Agadez, au Niger, en collaboration avec le ministère des Maliens de l’extérieur, la Protection civile et l’Association malienne des expulsés.

Le360 Afrique est allé à leur rencontre.
Le 31/10/2017 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté