Fermer

Algérie-Mauritanie: patrouilles à la frontière

Mise à jour le 13/10/2018 à 18h21 Publié le 13/10/2018 à 18h13 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
carte mauritanie-algérie
© Copyright : DR

#Algérie : Les Forces armées algériennes ont entrepris, depuis quelques jours, des patrouilles à la frontière avec la Mauritanie, rapporte la presse mauritanienne, citant le ministère algérien de la défense.


«Ces ratissages complets visent à sécuriser et à fortifier un nouveau poste transfrontalier Tindouf/Zouerate, ouvert récemment et par lequel  devrait passer la semaine prochaine, le premier convoi commercial algérien à destination de Nouakchott,  capitale de la Mauritanie».

Le Ministère algérien de la défense, cité par la presse locale, relayée à Nouakchott, affirme qu’au cours de ces ratissages «deux présumés terroristes se sont rendus» aux forces armées, voici deux jours, jeudi dernier. Déclinant l’identité de ces individus, le ministère signale que  «l’un d’eux s’appelle Zaidi Hamdou, surnommé Abou Ahmed, et le deuxième, Barbari Al-Hassan, surnommé Abdourahmane.


>>>LIRE AUSSI: Algérie-Mauritanie: contrairement à la propagande algérienne, la frontière reste fermée

Au moment de leur arrestation, ces présumés terroristes disposaient de "deux fusils d’assaut de marque Kalachnikov, de  cinq chargeurs et d’une quantité de munitions" rapporte Adrar-Info, relayant la presse algérienne. Le même communiqué signale que «suite à une opération de recherche et une perquisition, à Tindouf, près de la frontière Algérie/Mauritanie, sous contrôle de la 3é région militaire, un détachement de l’armée populaire nationale, a découvert 2 mitraillettes de type Kalachnikov, six chargeurs et une quantité de munitions».

Ces nouvelles prises sont le fruit de la détermination de l’armée nationale «à sécuriser et fortifier la frontière» selon le
ministère de la Défense. A signaler qu’un rapport sur le Sahara, du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Gutteres, destiné au Conseil de Sécurité,  rendu public le mardi 9 octobre dernier, a souligné avec une vive inquiétude «la présence de groupes criminels et terroristes,  en particulier à l’Est du mur» de sécurité édifié par les Forces Armées Royales. 
Le 13/10/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya